Modern technology gives us many things.

L’Argentine se met à produire de la cocaïne

cocaïne 1

 

L’Argentine passait jusqu’ici pour un lieu de transit de la drogue produite dans la cordillère des Andes, mais des laboratoires de production de cocaïne fleurissent depuis peu dans le pays et alarment la société.
“Ca a commencé il y a deux ans, mais cette année, on a intercepté des chargements plus volumineux et plus nombreux. L’Argentine s’est convertie en producteur. Nous avons détecté des laboratoires à divers endroits”, avertit le juge fédéral José Luis Villada, basé à Salta, province du nord argentin, frontalière de la Bolivie, 3e producteur mondial de cocaïne, derrière la Colombie et le Pérou.

D’après le magistrat, le fait que les précurseurs chimiques nécessaires à la transformation de la cocaïne soient produits localement rend attractif le territoire argentin. “Il y a des cuisines (laboratoires, ndlr) partout dans le pays et même à Puerto Madero, à Canitas et San Isidro, dit un ex-policier fédéral en nommant des quartiers huppés de la capitale. Qui va aller les chercher là-bas? La drogue ne fait pas que passer par l’Argentine”.
Cette année, une dizaine de laboratoires ont été démantelés. Un laboratoire, qui tient dans une pièce de 15 mètres carrés, peut produire de 2 à 3 kg par jour. Pour ne pas alerter les voisins avec les émanations odorantes de produits chimiques, ils sont en général installés dans des maisons ou des appartements situés au dernier étage. La plupart du temps, le “cocinero” qui maîtrise le processus de transformation a été formé en Bolivie.
Si l’élaboration de cocaïne est une tendance récente, le trafic de la cocaïne produite dans les Andes, passant historiquement par l’Argentine, avant de prendre la direction des Etats-Unis et l’Europe, demeure et augmente. Les saisies se multiplient. Les trafiquants de drogue savent que la surveillance de l’Argentine, grande comme 5 fois la France, de ses 10.000 km de frontières et 5.000 km de côtes est un atout, face à des forces de police souvent corrompues, voire complices.

Les commentaires sont fermés.