Modern technology gives us many things.

L’APR reconnaît et accuse : « l’immunité de Khaf a été violé mais c’est un voleur »

Aux juristes sénégalais et de la CEDEAO et aux citoyens que nous sommes.

Les candidatures de Karim Wade et Khalifa SALL s’invitent aux débats politiques et politiciens qu’entretiennent les uns et les autres.

Pour le cas Karim Wade, je conçois qu’avec tous ceux qui sont de bonne foi, indépendamment de tout ce qu’il a fait, il est français.

Venons-en maintenant au cas Khalifa Sall. Supposons que la justice sénégalaise a procédé à des vices de formes de la période allant de la proclamation des résultats des législatives à l’installation des députés comme le dit l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO, Khalifa SALL devait être libéré pendant ladite période à cause de son immunité parlementaire jusqu’à la levée de celle-ci par ses collègues.

Quoiqu’il ne se fît, rendre justice dans ce cas, est-ce le libérer purement et simplement après que l’enquête de la DIC clairement, établissait 110 fausses factures estampillées par un GIE qui n’existait plus que de nom pour l’achat de mil, de riz, du lait jamais servis aux dakarois et à hauteur de 30 millions par mois?

L’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO ordonne-t-il la libération de Khalifa Sall ?

Les avocats du Maire de Dakar savent-ils ce qu’ils font en voulant s’agripper sur cet arrêt pourtant clair-obscur qui laisse la jurisprudence dominer son essence ?

Les avocats du Maire de Dakar aggravent son délit, ils prouvent que Khalifa Sall a volé l’argent du contribuable, les faits sont avérés, les complices connus et arrêtés mais jamais ils n’en parlent. Pourquoi ils ne se prononcent jamais sur ce qui est reproché à leur client ?

A vrai dire, ce sont eux qui  sacrifient leur honneur à un faux point du procès que leur a permis un appel fait à une juridiction régionale qui n’influe en rien la décision des juridictions sénégalaises. A cela viennent s’ajouter les  diffamations de politiciens rancuniers qui sont prêts à mettre le pays en sang et en feu.

Montrez-moi, à vous tous de grâce, que Khalifa Sall n’a pas commis les fautes de gestion qui lui sont reprochées. Ainsi s’établit le rapport qu’il y a entre la manière de justifier de tous ceux qui le soutiennent et la justification réelle qui doit s’articuler autour de la VÉRITÉ DIVINE.

Pensez-vous que prendre la cause d’une personne ayant les mains sales avec tant d’ardeur et de malhonnêteté soit un grand intérêt pour la Nation?

Soyez sûr que tous les agissements de Khalifa Sall depuis qu’il est à la tête de la Mairie de Dakar ont fait moins de tort aux dakarois que ce que l’enquête de la DIC a révélé.

A ses avocats, à ses souteneurs et à tous les sénégalais que nous sommes, nous sommes chargés par cet éclat de faits que chacune et chacun de nous peut étudier pour ensuite juger dans sa conscience afin d’infirmer ou confirmer les faits. Voilà la justice. Il pourra bien, quant à lui, consciencieusement, éviter de se victimiser car il sait bien en âme et conscience ce qu’il a fait.

Voilà des raisons solides pour que le Sénégal n’ait rien à se reprocher qui le puisse salir comme le soutiennent des gens comme Cheikh Bamba Dieye, Hélène Tine, Moussa Tine et autres rancuniers.

Mais quand on combat la raison par l’usage de la passion et de la mauvaise foi, cela nous mène vers des fatalités qui nous entraînent vers le chaos malgré nous.

Soyons honnêtes, Khalifa SALL a fauté dans la gestion de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Que justice soit faite avec toute la rigueur qu’il faut.

Malick Wade GUEYE Coordinateur APR Almeria Espagne

Les commentaires sont fermés.