Modern technology gives us many things.

L’ambassadeur de France bloque un financement de 21 milliards destinés au Sénégal

Le projet de dépollution de la baie de Hann, d’un coût global de 33 milliards de F Cfa, risque de payer les frais de «l’échec» de l’émissaire de Cambérène. En effet, l’Ambassadeur de France au Sénégal, Nicolas Normand, a décidé de suspendre tout assentiment de l’Agence française de développement (AFD), principal bailleur du projet, à hauteur de 21 milliards, sur cette baie, tant qu’il n’y a pas de consensus et l’adhésion des populations locales.

 

nicolas normand ambassadeur france«Je suis obligé de suspendre  tout assentiment de l’Agence française de développement (AFD) sur la baie de Hann tant qu’il n’y a pas de consensus, le consentement des populations locales». L’ambassadeur de France au Sénégal est formel.  «Il n’est pas question pour la France et l’Agence française de développement de promouvoir un projet qui ne serait pas réellement voulu par les populations et aussi par les autorités». Nicolas Normand prenait part avant-hier, mardi 25 juin, à la Réunion de programmation du 11ième Fonds européen de développement (FED – 2014-2020) dont l’une des trois composante, le secteur de «l’Eau et l’assainissement», est couvert la France et l’Union européenne.

Partant de «l’échec» du projet de construction d’un émissaire pour l’évacuation des eaux usées à Cambérène financé par l’Union européenne, à hauteur de 7 milliards de F Cfa, le diplomate français a affirmé que l’AFD, qui est ici sous la tutelle de l’Ambassade de France, ne peut pas financer un projet qui ne rencontre pas l’adhésion des populations, principales bénéficiaires, comme cela semble être le cas pour ce projet. «On ne peut pas faire un projet s’il n’y a pas véritablement de consensus. Pour la baie de Hann, le projet semble bien techniquement, mais il semble qu’il n’a pas encore réuni le consensus complet de la population, mais ça c’est à vérifier. Mais il faut les deux: autorités et populations doivent être en phase quand-même. J’attends qu’il y ait un consensus général, pas seulement celui des autorités gouvernementales, ou des experts», a-t-il souligné.

 

Les commentaires sont fermés.