Modern technology gives us many things.

L’agroindustriel américain Herakles suspend ses activités au Cameroun

L’entreprise agroindustrielle américaine Herakles Farms, représentée par SG Sustainable Oils Cameroon (SGSOC), vient de décider de la suspension du projet de mise en place d’une plantation controversée de palmier à huile de 73.000 hectares au Sud-ouest du Cameroun, a-t-on appris mercredi auprès de cette société.


heraklesDans un communiqué publié à cet effet, elle justifie cette mesure par une instruction du ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) du pays d’accueil, qui a exigé que la société stoppe ses travaux de préparation des terres à proximité de sa pépinière située dans la localité de Talangaye.

La reprise desdites activités, indique la note ministérielle, est ‘’subordonnée par la production de la déclaration d’utilité publique sur la zone abritant l’ensemble du projet ».

Herakles qui se défend de toute entorse aux normes, affirme avoir ‘’obtenu l’autorisation d’opérer et s’est toujours conformée, comme elle continuera à se conformer pleinement et de manière transparente, à la réglementation gouvernementale en vigueur ».

Consécutivement à la suspension annoncée de ses activités, cette société met en avant le sort de centaines d’employés nationaux désormais livrés aux affres du chômage.

Installé au Cameroun depuis 2009, Herakles fait régulièrement l’objet de controverses quant à ses méthodes culturales ainsi que les mauvais traitements infligés aux populations riveraines.

En février 2012, l’organisation non gouvernementale Centre pour l’environnement et le développement (CED) avait publié un rapport accablant sur le sujet, qui pointait les problèmes auxquels sont exposés les communautés et l’environnement.

Il s’agit notamment de l’accaparement des terres arables, du déplacement de populations, de la destruction de l’environnement et de la biodiversité, de la convention d’établissement liant la compagnie à l’Etat et qui soulève de nombreuses inquiétudes telles que la durée jugée très longue de ladite convention (99 ans), un loyer des surfaces cultivables dérisoire.

Le CED dénonçait aussi les droits exorbitants octroyés à cette agro-industrie, la non-conformité de la convention avec la législation camerounaise, la limitation du pouvoir de l’Etat par la convention ainsi que les faibles revenus à tirer par le Cameroun de cette concession foncière.

Les commentaires sont fermés.