Modern technology gives us many things.

L’Afrique enregistre 4 fois plus de crashs d’avion que le reste du monde

avion sur maisonL’Afrique a enregistré moins d’accidents d’avion en avril 2013 que sur la même période, l’année dernière, a indiqué le vice-président chargé de la sécurité, des opérations et des infrastructures à l’Association internationale du transport aérien (IATA), précisant toutefois que le nombre d’accidents sur le continent demeure quatre fois plus élevé que dans le reste du monde.

« Globalement, le nombre total d’accidents en avril 2013 est moins élevé que celui de la même période en 2012 (1,73 contre 2) et les membres de l’IATA ont réalisé de meilleures performances par rapport à avril 2012 (0,97 contre 1,16) », a dit Guenther Matschnigg, mardi au Cap, au cours d’un point de presse.

L’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Arique et l’Asie Pacifique « font un peu mieux qu’à la même période en 2012 », a-t-il expliqué. M. Matschnigg commentait des chiffres publiés par l’IATA, à l’occasion de sa 69ème assemblée générale annuelle et le sommet mondial du transport aérien (2-4 juin).

Il a souligné que « le nombre total d’accidents pour l’Afrique a baissé par rapport à l’année dernière, mais avec 7,98 accidents pour un million de vols, ils sont toujours quatre fois plus élevés que la moyenne mondiale ».

« La préoccupation en Afrique est sur la sécurité et nous œuvrons à apporter la sécurité au même titre que dans le reste du monde », a-t-il insisté.

L’IATA et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), en relation avec l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) et le Conseil international des aéroports (CIA), ont ainsi mis en place une Task Force pour résoudre ce problème.

La Task Force a analysé 56 accidents en Afrique, en tenant compte d’autres statistiques, a dit Matschnigg, précisant que les principales causes retenues dans la survenue des accidents sur le continent sont relatives à l’absence de régulation, de mise en œuvre d’analyses de données sur les vols (FDA) et d’un système de gestion de la sécurité.

Compte tenu de la cela, des organisations œuvrant pour la sécurité ont mis en place en mai dernier, à Johannesburg, un Plan d’amélioration de la sécurité en Afrique 2012-2015. Celui-ci intègre la Déclaration d’Abuja sur la sécurité aérienne signée par les ministres africains en charge des Transports aériens, en juillet 2012.

« Mais ça, c’est juste du papier. Nous avons besoin de le transformer en réalité. Le problème c’est la mise en œuvre, dans une parfaite coopération », a soutenu Guenther Matschnigg.

Les commentaires sont fermés.