Modern technology gives us many things.

L’Afp ambitionne de devenir la première force politique

L’Alliance des forces de progrès (AFP) ambitionne de devenir la première force politique dans la petite côte. C’est ce que le numéro deux de cette formation politique, gackou 1Malick Gackou (photo), qui était aux côtés de Mbaye Dione, le coordonnateur régional de l’Afp à Thiès, a affirmé le week-end dernier lors d’une rencontre tenue à Mbour.

 

La Convention régionale de Thiès de l’Alliance des forces du progrès (AFP) s’est tenue le week-end dernier à Mbour, en présence du numéro 2 national des « progressistes » Malick Gakou. Mbaye Dione le coordinateur régional et Aliou Demba Ciss, le coordinateur départemental de l’AFP de Mbour, ont pris une part active à cette manifestation.

La démarche entre dans la dynamique de décentraliser ses activités, après celles tenues à Tivaouane et à Thiès. Des questions liées à l’actualité politique nationale et à la vie de Benno Bokk yakaar ont été soulevées. Une constante est revenue dans le débat : la volonté affichée de faire de l’Afp la première force politique de la petite côte.

Malick Gakou s’est prononcé sur l’ancrage de l’AFP dans la coalition Bennoo bokk yakaar (BBY) qui va définir les termes de la participation de ses composantes aux prochaines élections locales.

Le numéro deux de l’AFP n’a pas manqué d’évoquer la question des inondations  en la présentant comme une préoccupation majeure à laquelle ses camarades de Bennoo Bokk Yakaar ne se dérobent pas .Il considère que celle-ci découle des difficultés que l’ancien régime de Wade a légué au  gouvernement actuel. En illustration de ses propos, il a cité le chômage des jeunes, la pauvreté endémique et les calamités naturelles.

Sur la question du mandat du président de l’Assemblée nationale, il soutient que la commission de réforme des institutions va la prendre en charge. Pour lui, c’est à elle de définir la marche et les directives à suivre.

Concernant la   succession de Moustapha Niass à la tête de l’AFP, Gakou dégage en touche. Pour lui Moustapha Niasse doit encore éclairer la marche de l’AFP  pour relever les défis qui se posent au pays tout entier.

Sur la perte du siège espéré par le Sénégal au comité olympique international ,Malick Gakou a avancé que la question relève du gouvernement .N’étant pas un membre du gouvernement ,il se garde de se prononcer .Tout de même, il a appelé les sportifs à être solidaires et unis. Selon lui, le Sénégal a des dirigeants sportifs de qualité qui ont de l’expérience.

En plus, le pays a fini de montrer à la face du monde le niveau de sa gestion du sport .Il soutient qu’un jour, il peut accéder au niveau de représentation dans les instances sportives de très haut niveau de dimension planétaire  comme, le CIO.

 

Les commentaires sont fermés.