Modern technology gives us many things.

L’aéroport Blaise Diagne doit être rebaptisé aéroport international Nelson Mandela

aibd mandelaNelson Mandela disparu ce 5 décembre 2013 reste incontestablement la plus belle image de l’Afrique. La disparation de ce géant du continent nous a tous et toutes (fils et filles de l’Afrique) plongés dans une profonde tristesse, dans un grand deuil. Á lui seul, Madiba symbolise l’histoire de l’Afrique noire avant et après les indépendances. Ce grand homme, ce colosse n’est pas seulement un citoyen de l’Afrique du Sud, c’est aussi et avant tout un Africain au vrai sens du mot. Mandela est notre symbole, notre fierté, notre guide, notre idole, notre référence, notre prophète, notre miroir et surtout notre père nous les Africains et Africaines nés après les indépendances. Madiba n’appartient plus à l’Afrique seule, il n’appartient plus à son pays, mais il appartient désormais à l’histoire, au monde et à l’humanité entière tellement il a marqué les esprits par son courage, sa grandeur, sa patience, sa tolérance, son humilité, son ouverture d’esprit et sa soif de voir un monde de paix, un monde libre et juste, bref un monde meilleur. Il nous a tous montrés la voie à suivre, nous Africains, minimisés, ignorés, méprisés, désabusés par les dominateurs de ce monde. Il faut rendre à Mandela ce qui est à Mandela. Tous les pays africains doivent graver le nom de ce géant des temps modernes dans leurs monuments et œuvres les plus utiles, les plus visibles et les plus grandioses. Cet homme qui a donné sa vie entière et sa vie de famille à la dignité de l’homme noir doit rester à jamais dans nos cœurs, dans nos pensées, dans nos actions et dans nos attitudes quotidiennes.

C’est pourquoi il est à mon point de vue tout à fait logique qu’un pays comme le Sénégal connu pour sa grandeur démocratique, son ouverture sur le reste du monde, son sens de la cohabitation sociale et ses grandes réalisations diplomatiques, fasse le maximum pour que le plus choyé des enfants de l’Afrique reste à jamais visible dans ce pays. Rappelons que le Sénégal est l’un des premiers pays africains que Nelson Mandela a choisi de visiter quelques temps après sa sortie de prison. Nelson Mandela aime notre pays. Tout le monde se rappelle les chaudes larmes qu’il a versées durant sa visite à l’île historique de Gorée. Il mérite amplement qu’on lui réserve une place de choix dans notre patrimoine national.

Un des plus beaux gestes de reconnaissance que notre pays pourrait faire à Nelson Mandela c’est d’attribuer son nom au nouvel aéroport de Ndiass qui sera inauguré bientôt. Si des pays comme le Canada n’ont pas hésité à donner à Mandela une place importante en lui octroyant le prestigieux titre de citoyen d’honneur depuis 2001, je me demande ce que nous Africains attendons pour manifester tout notre amour et notre fierté à ce digne fils de l’Afrique. Blaise Diagne quant à lui ne mérite point de porter le nom de ce grand aéroport moderne pour la simple et bonne raison qu’il n’a pas servi les intérêts du Sénégal et des Sénégalais, mais plutôt ses propres intérêts et ceux de l’ancienne puissance coloniale. Blaise Diagne fait parti de cette « race » d’Africains propulsés en avant par l’administration coloniale dans le but de faire passer les projets des dominateurs. Blaise Diagne est certes un fils du Sénégal, un acteur de l’histoire politique du Sénégal durant les premières décennies du XXe siècle, mais il ne mérite absolument pas la grandeur et l’importance qu’on lui donne. Il est plus un traitre qui était au cœur du système colonial qu’un héros qu’on veut lui attribuer. Il a sacrifié la vie de milliers de jeunes Africains et mis en avant les intérêts de la France. Je n’invente rien à ce sujet. N’est-ce pas lui qui en 1917 a sillonné toute l’AOF (Afrique Occidentale Française) en compagnie du général Mangin théoricien de la « force noire » pour convaincre les Africains, les chefs de famille, les chefs religieux et chefs coutumiers, etc. de mobiliser des Africains à la fleur de l’âge pour partir combattre au front contre un ennemi lointain et inconnu. Des milliers d’Africains furent enrôlés et envoyés se battre. La plupart de ses mobilisés furent déchiquetés par l’artillerie lourde allemande, d’autres sont devenus des handicapés à vie laissant derrière eux des familles désespérées. Plus grave, ces Africains au lieu d’être érigés en héros et reconnus comme tels, furent purement et simplement ignorés, occultés, effacés de l’histoire. Ils ne sont jamais cités pendant les moments de célébration ni en Normandie ni ailleurs. Durant la 2e guerre mondiale la France est encore allée plus loin, elle a eu le courage (figurez-vous !) de massacrer des Africains qui ont combattu à ses côtés et participer activement à la victoire. L’épisode de Thiaroye le 1er décembre 1944 reste encore dans la mémoire des Sénégalais et doit être éclairée au peuple sénégalais et africain. Même si Blaise n’était pas là en 1994, c’est sa politique de recrutement qui a été suivie à la lettre par ses successeurs. Il est donc comptable de cette histoire sombre de l’Afrique noire francophone.

Il n’y a aucun doute, Blaise n’est pas un modèle ni une fierté pour nous. C’est un collaborateur du colonisateur prêt à tout pour satisfaire ses intérêts et ceux de ses maîtres. Blaise Diagne est un homme qui a les mains remplies de sang de fils d’Afrique. Il porte en lui la douleur et la souffrance de milliers de mamans africaines auxquelles on a arraché leurs enfants par le mensonge et la duperie sans jamais les revoir. Il porte en lui la colère et la haine de milliers de pères de famille de l’Afrique de l’ouest à qui on a privé des bras valides qui étaient là pour apporter la nourriture quotidienne. Blaise Diagne porte en lui la colère, l’amertume et la détresse de milliers de jeunes femmes africaines séparées à jamais de leurs époux. Imaginez un peu !

Á l’opposé de Nelson Mandela, Blaise Diagne a perpétué le mythe de la supériorité de l’homme blanc sur l’homme noir. Il a cautionné les injustices et la violence coloniales. Il est comptable du mépris que le colonisateur français a véhiculé envers le colonisé de l’AOF. Blaise Diagne a accentué la division dans la grande famille sénégalaise, car il ne s’est jamais opposé aux statuts : citoyens/sujets qui existaient dans les quatre communes de pleine exercice du Sénégal. Aucune de ses actions ne s’inscrit dans le sens de la défense de la dignité de l’homme noir ni le respect envers le colonisé. Déjà qu’un lycée et une avenue de la capitale sénégalaise portent son nom, c’est largement suffisant. Et là encore !

En face de lui, nous avons un homme qui incarne à lui tout seul tout ce que l’Afrique a de bien et beau, un homme de valeurs, courageux, juste, un homme qui a donné toute sa vie pour la solidarité, la liberté, l’égalité et le savoir vivre ensemble. Mandela est un homme en qui se reconnait chacun et chacune de nous. Contrairement à Blaise Diagne, Nelson Mandela nous a ouverts les yeux, a permis l’espoir et restaurer la dignité. C’est un homme aimé et chéri dans son pays mais aussi dans tout le continent et le reste du monde. Pourquoi donc choisir le mauvais côté de l’histoire pour perpétuer le mensonge et l’ignorance du passé à notre jeunesse et aux futures générations en donnant à Blaise Diagne une importance qu’il ne mérite pas ? Nous devons nous tenir un langage de vérité et poser ensemble de bonnes actions qui vont dans la bonne direction de l’histoire. Blaise Diagne ne mérite absolument pas d’être l’éponyme de ce nouvel et grand aéroport moderne du Sénégal. C’est une erreur monumentale qu’il faut corriger au plus vite.

Je demande donc aux autorités politiques et citoyens de mon pays : aux ministres, aux députés, aux élus, aux intellectuels, aux étudiants, aux journalistes, aux chefs religieux, aux leaders d’opinion et surtout au premier des Sénégalais le Président Macky Sall de rectifier cette erreur grave commise par son prédécesseur Abdoulaye Wade qui a décidé de donner à cet aéroport du contribuable sénégalais le nom d’un homme qui ne fait pas notre fierté. Un homme envers qui peu de Sénégalais se reconnaissent, un homme qui n’a aucune importance aux yeux des autres Africains. Il est plus beau, plus juste, plus reconnaissant et plus visible que ce nouvel aéroport se nomme AEROPORT INTERNATIONAL NELSON MANDELA DE DAKAR. Notre pays a tout à gagner à travers ce geste hautement symbolique.

Dr Amadou Ba

Professeur Université Laurentienne Sudbury Ontario Canada

beewdoo@gmail.com/ax_ba@laurentienne.ca

Les commentaires sont fermés.