Modern technology gives us many things.

La véritable enquête sur le TER qui contredit Sonko

0

Visite et enquête sur le chantier des travaux du train Express Régional (TER)

En visite sur les axes du chantier des travaux du train Express Régional, de la gare du port à Diamniadio, je me suis dit est ce que les détracteurs d’un tel projet ont fait comme moi?

Est ce qu’ils ont pris un peu de leurs temps pour visiter et mener une enquête sur ce chantier que le chef de l’Etat son excellence Monsieur Macky Sall a lancé le 14 Décembre 2016.

Lors de ma visite mon premier constat, c’est la forte présence des jeunes Sénégalais et des camions semi-remorques immatriculés. DK…TH…. DL…

FK…etc qui travaillent sur le chantier et les drapeaux (EIFFAGE, YAPI MERKEZI : le maitre des rails, CSE SENEGAL, Engie et Thales) qui flottent sur la base du chantier à Diamniadio.

Après un jeu de questions réponses, on m’a fait comprendre que le chantier est reparti selon les compétences de chaque Entreprise :

Le consortium EIFFAGE, YAPI MERKEZI : le maitre des rails et CSE SENEGAL a en charge le BTP et Engie et Thales sont responsables de la signalisation et de l’électrification.

Alors je me suis demandé: est-ce que leurs problèmes c’est le coût du projet? Parce que les entreprises sénégalaises dont CSE SENEGAL, GETRAN en plus des groupements d’entreprises qui sont en Co-traitance et plus de Six Cent (600) transporteurs Sénégalais ont en charge le transport de la latérite, basalte, déblais etc.… donc le projet à un impact économique considérable sur les entreprises sénégalaises.

Toutefois, comme que tout le monde avance des chiffres et on n’y comprend rien du tout.

Je vais commencer par inspecter comment le projet a été monté. Le prix du TER a été eu en réalisant un « benchmarking » sur l’offre technique qu’Alstom a faite à l’Algérie, similaire a celle du Sénégal donc c’est un prix compétitif. Pour avoir l’exactitude du prix du TER, je me suis rapproché de la Direction Centrale des Marchés Publics (DCMP). C’est ainsi que j’ai vu l’attribution du marché du TER.

Contrairement à l’assertion de l’honorable député Ousmane Sonko qui est le plus grand donneur de chiffre actuellement, déclare : le cout du TER est à 1200 Milliards Francs CFA en se fondant sur les montants des différents marchés et sur une projection qu’il a effectuée en prenant en compte les taux de remboursement des emprunts sur une durée de 25 ans. Est-ce que l’honorable Sonko maitrise le taux et la durée exacts de remboursement de l’emprunt pour faire de telle projection ? Non je ne le pense pas parce que je ne l’ai jamais entendu parler du taux et de la durée de remboursement de l’emprunt. Nous savons tous que les partenaires financiers ont contribué dans la construction du TER pour la première phase: la Banque Africaine de Développement (BAD) et le gouvernement du Sénégal chacun 100 Milliards ; La Banque Islamique de Développement (BID) 181 Milliards ; enfin l’Agence Française de Développement (AFD) une quotité de 70 Milliards de FCFA. A ce que je sache ici les taux et les durées de remboursement négociés ne sont pas les mêmes donc les projections de Monsieur Sonko pour avancer que le TER a couté le 1200 Milliards FCFA, 1400 Milliards FCFA et maintenant 1600 Milliards FCFA ne sont pas exacts. Je pense que tout ça il en fait abstraction pour confirmer ses propres chiffres et faire son marketing politique.

Pour les montants des différents marchés publiés sur le site de la DCMP on y trouve trois (3) lots qui s’agissent essentiellement des travaux, des fournitures et des prestations intellectuelles

Pour les travaux, le marché est divisé en trois lots pour un montant global de 525,6 Milliards de francs CFA TTC.

Les travaux concernent :

Deux voies voyageurs aller et retour aussi une voie à écartement métrique pour le transport des marchandises ;

Une ligne électrifiée de 25 KV ;

67 ouvrages d’art (passages dénivelés, ponts rails, ouvrages hydrauliques) ;

Rabattement (voiries secondaires) ;

30 passerelles piétons.etc.

Ensuite le marché « Etudes, rénovation et aménagement des gares de Dakar et Rufisque et conception, construction et aménagement de la gare

emblématique de Diamniadio » en deux lots. Le premier lot pour un montant de 7,4 milliards FCFA TTC. Le lot 2 concerne la gare de Diamniadio pour un montant de 7.4 Milliards de FCFA TTC. D’où un montant global de 14.8 Milliards de FCFA TTC.

Enfin la fourniture et mise en service d’un parc de matériel roulant attribué à ALSTROM pour un montant de 192,8 Milliards Francs CFA TTC.

Et la fourniture, pose de modules préfabriqués et aménagement des maisons du TER sur les sites de Dakar, Pikine et Rufisque d’un montant de 367 millions francs CFA attribué au groupement Getran/ Cabinet Florient Ebion. Ce marché connait un avenant de 106,8 millions de francs CFA. Dont un total de 473.8 millions FCFA.

La maitrise d’ouvrage a été attribué à l’entreprise SYSTRA pour 11.7 Milliards FCFA TTC et le bureau de contrôle et organisme pour un montant 823.6 millions de Francs CFA.

Ainsi le calcul devient facile même pour un analphabète, l’addition des différents montants donne un cout global de 746.3 milliards de francs CFA TTC soit 632,4 Millions de Francs CFA HT

La taxe sur la valeur ajoutée sur le cout du chantier s’élevé à 113.8 Milliards FCFA.

Je ne peux pas parler d’autres taxes que la TVA parce que c’est la seule taxe que je maitrise sur le cout des travaux. Je sais que chaque facture du marché M1 du TER est précomptée. Le précompte est un système original de recouvrement de la TVA qui consiste à retenir à la source. Selon Abdou Ndéné Sall ministre en charge du développement des réseaux ferroviaires, les taxes s’élèvent à 134 milliards de francs CFA. Donc je suppose les 20.2 Milliards francs CFA comme autres taxes.

Pour finir sur le cout, je conseille à Sonko en tant que député de visiter le chantier avant d’avancer certaines choses. Même si le Président Macky Sall avait annoncé en 2016 qu’il donne rendez-vous en janvier 2019 pour l’inauguration qui selon moi est impossible vu actuellement l’avancement des travaux en ce mois de décembre 2018. Ou l’honorable député confond l’assemblage, remontage et les tests de l’une des quinze locomotives qui

seront faites par des ingénieurs sénégalais formés en France (transfert de technologie) à l’inauguration.

Pour terminer je demande d’arrêter de politiser ce grand projet. Nous sommes un pays sous-développé, qui aspire à l’émergence, il faut oser et entrer dans l’ère de la modernisation. Nous sommes en retard sur le plan des infrastructures. Ces infrastructures sont pour les générations futures. C’est pour cela je loue la vision du Président Macky Sall sur le plan des infrastructures et la modernisation des villes.

Moussa Darry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.