Modern technology gives us many things.

La société de téléphonie de Samuel Eto’o fils se retrouve sans Directeur: une faillite programmée.

 

eto'o telecomEto’o Telecom SA est en ce moment une entreprise qui n’a ni directeur général, ni DGA, ni directeur financier, ni directeur administratif, ni directeur de ressources humaines, ni directeur de la communication. Le Dg Hervé Perrin ne s’est plus présenté dans ses bureaux depuis plus de trois semaines. Selon les sources internes à l’entreprise, le Français aurait abandonné l’entreprise qui peine à s’imposer sur le marché camerounais des télécommunications. Il est actuellement en France. « Tout porte à croire qu’il ne reviendra plus au Cameroun », confie un cadre de Set’Mobile. La presse a essayé en vain de joindre le Dg. Son téléphone reste indisponible et son adresse email d’entreprise n’est plus en service, car renvoie automatiquement les mails depuis deux jours.

Pour le moment, Me Gabriel Parfait Kaldjob, membre du conseil d’administration d’Eto’o Telecom SA, est celui qui semble tenir les rênes de l’entreprise. « Je ne peux pas confirmer que le Dg n’est plus en service. Il est actuellement à Paris pour des problèmes familiaux », affirme l’avocat. « Nous sommes en train de réorganiser Eto’o Telecom SA et monsieur Hervé Perrin reste consultant », confie Me Kaldjob. Des déclarations qui font croire que le Dg ne sera pas de retour de sitôt, car il est difficile de comprendre qu’un Dg soit consultant dans l’entreprise qu’il gère. C’est cet avocat, qui, selon le quotidien la Nouvelle Expression, avait privé Hervé Perrin d’entrer dans les locaux de l’entreprise après qu’il ait essayé de quitter le pays le 30 avril dernier. Le journal avait alors rapporté que le passeport du Dg avait par la même occasion été retiré. S’il est confirmé que le Dg est parti, ce sera le deuxième Dg qui quitte Set’Mobile avant son premier anniversaire. Ce sera également le départ du énième cadre de l’entreprise du capitaine des Lions indomptables.

Le DGA, Georges Dooh Collins, avait été licencié pour insubordination le 22 janvier 2013 au terme d’une session extraordinaire du conseil d’administration d’Eto’o Telecom SA.

Un mois plus tard, au début du mois de mars 2013, c’est Jean-Bosco Massoma, le directeur financier qui est licencié. Mbog Tam, la responsable des ressources humaines, elle aussi est licenciée par la même occasion. Il leur est reproché de nombreuses malversations dans leur gestion. Car, à l’arrivée d’Hervé Perrin en janvier 2013, le Dg commande un audit de l’entreprise qui permet de découvrir un réseau de trafics de services divers et de distraction de fonds. Monsieur Massoma qui avait assuré l’intérim du premier Dg était épinglé par cet audit.

En effet, c’est Jean-Bosco Massoma qui avait remplacé le Français Charles Gueret, premier Dg d’Eto’o Telecom SA. Celui-ci avait quitté la barque en septembre 2012 au terme d’un autre conseil d’administration présidé par Samuel Eto’o. Rien n’avait alors filtré sur les véritables raisons de son départ, mais Charles Gueret avait, à l’époque confié à la presse qu’il allait désormais s’occuper du développement de Set’Mobile à l’international.

D’autres démissions avaient précédé cette décision du conseil d’administration. Et par la suite, le directeur de la Communication, Patrick Epe’e, avait lui aussi démissionné. Des commerciaux et distributeurs en grogne également. En plus de l’équation non moins compliquée de séduction des Camerounais avec des offres attractives, la succession inépuisable de départs et licenciements fondent le quotidien de l’entreprise du capitaine des Lions indomptables du Cameroun depuis le lancement de ses services en juillet 2012. Un problème de ressources humaines que comptait d’ailleurs régler Hervé Perrin dès son arrivée à Douala où se trouve le siège de la compagnie. Il annonçait alors le recrutement des commerciaux et des experts du marketing.

Pour l’instant, Set’Mobile a toujours du plomb dans l’aile. Fournisseur de services à valeur ajoutée, il offre les services de téléphonie mobile en partenariat avec Orange, son concurrent sur le marché. Il doit également faire face aux offres de Mtn Cameroon et de Camtel.

A la fin de l’année 2012, Set’Mobile enregistrait 200 000 abonnés. Difficile à dire si, depuis cette date, ce nombre a évolué.

Les commentaires sont fermés.