sécheresseL’ex-député et actuel président du Conseil rural de Sakal, M. Birahim Diagne, a mis en garde, hier à Sakal (département de Louga), contre les conséquences du déficit pluviométrique relevé dans la zone nord du pays et invité les autorités gouvernementales à s’atteler dès maintenant à une distribution de vivres et d’aliments de bétail pour prévenir contre les rigueurs imminentes qui risquent d’éprouver les hommes et le bétail.

Face à la promesse de mauvaises récoltes dans les régions nord du Sénégal, l’ex-député et non moins membre de la Direction du Parti socialiste (PS), tire la sonnette d’alarme. «Dans la zone allant de Kébémer, vers le Nord du pays, il n’y aura ni arachide, ni niébé, ni mil; même pas de foin pour les animaux. L’Etat devrait penser à agir dès maintenant. Nous avons été complètement déshérités par l’hivernage», a dit M. Diagne à l’issue d’un Conseil rural qu’il présidait.

Se voulant plus précis, l’ancien parlementaire avertit le gouvernement de ne pas écouter ceux qui font promesses de belles récoltes. « Il faut le dire dès maintenant, pour que tout le monde le sache. Si l’Etat écoute tout simplement les déclarations faisant état d’un bon hivernage, il aura tendance à oublier une grande partie des populations qui n’ont rien et risquent de ne pouvoir tenir jusqu’à la prochaine saison des pluies», a-t-il prévenu.

Poursuivant son argumentaire, le PCR de Sakal s’engage : «Nous allons crier haut et fort, pour que les pouvoir publics viennent en aide à la zone nord, qui se retrouve dans une situation désastreuse. L’Etat devrait d’abord penser au bétail. Les hommes peuvent, en attendant, se débrouiller. Mais, pour les animaux, il n’y aura plus d’herbe.» Les fourrages n’ont pas pu se développer à cause du déficit pluviométrique, a-t-il expliqué. «C’est une herbe fragile. Les gens ont commencé à la ratisser. Et dans un mois, il n’y en aura plus dans une grande partie de la zone nord », a encore alerté M. Diagne. « Les animaux vont souffrir dès maintenant et on risquerait de les perdre en masse. Il faut donc apporter immédiatement de l’aliment de bétail et le vendre aux éleveurs à un prix abordable », a-t-il ajouté. Celui qui préside aux destinées d’un Conseil rural réunissant plus de 120 villages, exhorte les autorités gouvernementales à, dès maintenant, mettre des vivres à la disposition des populations vivant dans cette partie du pays.

Le PCR de Sakal, ne s’est pas limité à prôner la distribution de vivres de soudures. Après avoir souligné les limites objectives de l’agriculture sous pluie, Birahim Diagne a aussi plaidé le recours au maraîchage comme solution alternative pour fixer les populations dans leur terroir.

Sud Quotidien

PARTAGER