Modern technology gives us many things.

La police congolaise s’insurge contre les journalistes

presse police violenceLe directeur général adjoint de la police congolaise, le général Albert Ngoto, s’est insurgé jeudi contre les attaques des journalistes contre la police, menaçant de traduire en justice dorénavant tout journaliste en cas d’infraction.


« La direction générale de la police se réserve le droit de poursuivre dorénavant en justice tous ceux des journalistes qui s’évertueront, sans la moindre preuve, à diffamer, à monter des canulars médiatiques à des fins de diabolisation injuste et erroné de la police », a déclaré Albert Ngoto au cours d’échanges avec la presse.

« Nul n’est censé ignorer la loi et le code pénal qui s’impose à nous tous a prévu des infractions et des peines applicables à des fossoyeurs du journalisme. Nous trainerons devant les tribunaux les auteurs des infractions journalistiques d’atteintes graves à la dignité de la police et au moral des policiers », a insisté le directeur adjoint de la police nationale.

Albert Ngoto a par ailleurs déploré la mauvaise pratique du journalisme par la presse écrite congolaise soulignant qu’« avec ces pratique d’un autre genre, nous ne sommes plus dans le journalisme dont la vocation première est de livrer l’information. »

« Cette presse-là est un véritable danger pour l’ordre public puisqu’elle distille des messages de nature à blesser des citoyens dans leur amour propre, à crisper le climat social, à diviser les Congolais et on n’y pense pas assez, à saper le moral des personnels de police (…) », a ajouté le directeur général adjoint de la police.

« La direction générale de la police a voulu attirer l’attention de tous et de chacun sur le fait que certaines pratiques en cours discréditent et dévaluent la presse congolaise de moins en moins prise au sérieux », a conclu M. Ngoto.

Il a toutefois souhaité que la presse soit « un partenaire parce qu’elle est pour la police une source d’information ».

Les commentaires sont fermés.