Modern technology gives us many things.

La menace terroriste reste ”importante” au Sahel

islamistes 2La menace terroriste reste ”importante” dans la région sahélienne, malgré la destruction des bases terroristes dans le Nord du Mali par l’opération Serval, a souligné, vendredi à Dakar, le représentant spécial de l’Union européenne (UE) pour ladite région, Michel Reveyrand-de Menthon.

‘’Les risques terroristes se développent dans une espace mouvant. Aujourd’hui, l’un des pôles terroristes de la région est la Libye’’, a déclaré Michel Reveyrand-de Menthon, en conférence de presse au siège de la délégation de l’UE au Sénégal.

Selon lui, malgré la destruction des bases terroristes dans le Nord du Mali, la capacité de restructuration de ces groupes existe. ”On a marqué des points, (mais) il reste des enjeux fondamentaux’’, a dit le diplomate européen, plaidant pour ”la mobilisation et la prise de conscience pour lutter contre le terrorisme”.

Il a relevé que le Mali ”est en train de franchir des étapes très importantes” pour sortir des difficultés liées à la crise politico-militaire à laquelle il est confronté depuis mars 2012.

”L’accord de Ouagadougou est un bon accord. On est parvenu à un accord très équilibré qui permet au Mali de retrouver une vie normale’’, a souligné le représentant spécial de l’UE pour la région du Sahel qui a salué ”la volonté” des acteurs politiques maliens de franchir cette étape.

Le pouvoir malien et les rebelles touareg occupant Kidal, dans le Nord du Mali, ont signé mardi à Ouagadougou un accord en vue de permettre la tenue de l’élection présidentielle du 28 juillet.

L’accord de Ouagadougou, baptisé ‘’accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali’’, prévoit un retour de l’armée malienne à Kidal et un cantonnement des combattants touareg sur des sites de regroupement.

Le texte a été signé, pour Bamako, par le ministre malien de l’Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, et par Bilal Ag Acherif et Algabass Ag Intalla au nom des deux groupes touareg, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA)

Les commentaires sont fermés.