Modern technology gives us many things.

La libération de Khaf…Une porte de sortie honorable pour Macky ?

0

UNE PORTE DE SORTIE HONORABLE POUR MACKY ?

Venant d’un homme qui a toujours porté avec zèle la voix de son maître qu’est l’exécutif, ce retournement de position du parquet dans le procès Khalifa Sall est si subit que les Sénégalais ont encore du mal à y croire

Hier, le troisième jour du procès en appel du maire de Dakar, Khalifa Sall, a connu un grand coup de théâtre ! Pour cause, le procureur général près la Cour d’appel, Lassana Diabé Siby, a surpris le monde de la justice et des justiciables. A l’immense surprise des Sénégalais, il a non seulement reconnu le caractère exécutoire de la décision de la Cour de justice de la Cedeao condamnant la violation des droits de Khalifa Sall — contrairement à ce que soutenaient jusque-là les avocats de l’état ! —, mais aussi il a demandé aux juges de libérer le mis en cause dont la détention a été jugée arbitraire par la juridiction communautaire. Aux yeux de l’opinion nationale et internationale, le réquisitoire du procureur Lassana Diabé Siby est trop beau, trop pertinent et trop courageux pour être vrai ! Venant d’un homme qui a toujours porté avec zèle la voix de son maître qu’est l’exécutif, ce retournement de position du parquet est si subit que les Sénégalais ont encore du mal à y croire. Ils se pincent pour se convaincre qu’ils n’ont pas rêvé. Un réquisitoire d’autant plus surprenant que la Chancellerie, personnifiée par le ministre de la Justice Pr Ismaïla Madior Fall, grand maître-tailleur ès réformes constitutionnelles au service de Sa majesté Macky Sall, avait déclaré que cette décision de la Cedeao ne remettait pas en cause la condamnation et la détention de Khalifa Sall par les juridictions nationales ! Et voilà que, tout d’un coup, courageusement et tout seul comme un grand, le parquet général aux ordres du ministre de la Justice prend le contrepied de la position de celui-ci. Incroyable…

Jusque-là au charbon pour traduire dans les faits judiciaires l’engagement et la détermination du président Macky Sall d’écarter un adversaire politique en l’envoyant en prison, histoire d’éviter toute mauvaise surprise au soir du 24 février 2019, le procureur général Lassana Diabé Siby vient donc brusquement de demander, implicitement, la libération du même Khalifa Sall que la justice avait ordre de garder au chaud jusqu’après février prochain ! Son réquisitoire d’hier est d’autant plus surprenant qu’il intervient deux jours après le rejet par le président Demba Kandji de toutes les exceptions des avocats de la défense tendant à lui faire accepter de se plier à la décision de la Cedeao. Face au refus du président Demba Kandji de prendre en compte l’arrêt de la Cedeao, l’heure est venue pour le parquet de voler au secours du président Macky Sall sous pression communautaire. En lui trouvant une porte de sortie honorable qui lui éviterait de perdre la face. Et surtout éviter que la mauvaise jurisprudence « Khalifa Sall » soit un prétexte aux voisins-détracteurs à se joindre aux opposants sénégalais pour fragiliser le pouvoir de Macky Sall.

Sachant que la partie était très mal engagée pour lui et qu’il aurait mauvaise grâce, lui, le président qui avait excipé d’un mandat de la Cedeao pour aller faire la guerre en Gambie de refuser d’appliquer une décision d’une cour de justice de la même Cedeao le condamnant, eh bien, le président Macky Sall a actionné le parquet, via le ministre de la Justice, pour qu’il demande à la Cour d’appel de Dakar de respecter l’arrêt communautaire condamnant le Sénégal pour violation des droits à la défense du maire de Dakar Khalifa Sall. Autrement dit, pour libérer immédiatement ce dernier. Les violations de ces droits du prisonnier Khalifa Sall — notamment celui de bénéficier de l’assistance à un avocat dès sa garde à vue, mais aussi sa détention arbitraire en tant que député sans compter la violation de sa présomption d’innocence—sont tellement nombreuses que cela entraîne la nullité absolue de toute la procédure ayant conduit à sa condamnation. Au vu de tout cela, le président de la République a compris qu’il était inutile et contre-productif pour lui de prolonger un combat perdu d’avance. Il a donc actionné Lassana Diabé Siby pour sauver ce qui pouvait encore l’être…

Le Témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.