conackryLa journée ville morte initiée ce lundi à Conakry par l’opposition guinéenne pour protester contre l’arrêt de la Cour suprême validant les résultats des législatives de la commission électorale nationale indépendante (CENI) a été partiellement suivie par les populations des cinq communes de la capitale guinéenne.


Tôt le matin, les quartiers sensibles de la banlieue de Conakry et les secteurs stratégiques ont été quadrillé par un important dispositif sécuritaire composé à la fois des gendarmes et de la police.

Pour le directeur général de la police, Mohamed Garé, le déploiement des agents des forces de l’ordre vise à assurer la protection des citoyens ne voulant pas observer la ville morte et leurs biens.

Pour sa part, le ministre d’État chargé de la Sécurité et de la Protection civile, Madifing Diané, a rassuré les uns et les autres que ses services ne passeront pas à côté dans le maintien d’ordre.

Malgré le déploiement des forces de l’ordre, une bonne partie de la capitale est en revanche paralysée. La Circulation routière est fluide, les boutiques et magasins sont en majorité fermés.

De la Cimenterie à Hamdallaye en passant par le marché Madina, seuls les étalagistes, les petits vendeurs, ainsi que rares véhicules circulent.

Par contre du côté de l’Autoroute Fidèle Castro qui mène à l’Aéroport international de Conakry, la circulation connait son rythme habituel. Les deux voies étant bondées de véhicule.

Plus d’une semaine après l’arrêt de la Cour suprême validant les résultats provisoires des législatives, qui donnent une légère avance au parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), l’opposition a appelé ses partisans à observer une journée ville morte ce lundi à Conakry.

Ce comportement n’est pas compris par le gouvernement qui demande à l’opposition plus de responsabilité.

Source APA

PARTAGER