Modern technology gives us many things.

La fille de Kwame Nkrumah veut être présidente du Ghana

samia nkrumahSamia, la fille de Kwame Nkrumah, le premier Président du Ghana, a pour la première fois révélé le 30 janvier 2014 à Accra qu’elle est prête à se présenter à la présidentielle pour le compte de son parti, la « Convention Peoples’ Party » (CPP). Sans préciser l’échéance, Samia a expliqué qu’elle ne fuira pas la responsabilité d’être le porte flambeau de la CPP au temps opportun.

Samia a mis à jour son ambition lors d’une interview sur la radio Xyz à Accra. En annonçant son projet, l’ex député CPP dans la circonscription de Jomoro et actuelle présidente du parti, se fixe comme objectif de faire tout son possible pour ressusciter le parti de son père.

En répondant à une question qui est de savoir si elle est intéressée par la candidature de la CPP à la présidentielle, Samia après avoir rappelé ses ambitions précédentes réalisées entre autre celles d’être député et d’être la présidente du parti, elle a fait savoir « Qu’est-ce qui nous empêche ? »

En répondant indirectement par l’affirmative à la question qui lui a été posée, l’héritière biologique et politique de Kwame Nkrumah n’a pas précisé à quelles échéances (2016, 2020, 2014) elle présentera sa candidature.

Sur un ton diplomatique, elle a laissé entendre que pour l’échéance de 2016, « Rien n’est impossible et rien n’est exclu. Toutes les options sont ouvertes. Nous examinerons les chances de la CPP pour bien évoluer. Tout ce que nous déciderons [le Congrès et tous nos membres] de faire sera une décision collective et démocratique ».

Première réaction après cette annonce, Sékou Nkrumah, le controversé fils benjamin du père de l’indépendance, se dit être inquiet que sa sœur déclare son ambition présidentielle sous la bannière de la CPP.

L’air pessimiste, le fils Nkrumah qui est né en exil du temps de son père en Guinée et qui porte le nom de Sékou en souvenir du Président Sékou Toure présage que sa sœur ne pourra pas changer les désespoirs de la CPP, donc de ressusciter ce parti historique au Ghana.

Fidèle à ses déclarations contradictoires, Sékou Nkrumah, qui intervenait sur la radio Pravda, a rappelé avoir quitté la CPP parce que le parti avait perdu sa vitalité et n’est plus adapté aux défis de l’heure. Pour lui la CPP d’aujourd’hui ressemble au NDC au pouvoir et n’est donc plus visible sur l’échiquier politique.

Toutefois en nourrissant une lueur d’espoir pour la CPP, Sékou Nkrumah a fait remarquer que le parti ne devrait pas être construit autour des seuls enfants de Nkrumah et qu’il devra se concentrer sur la formation d’un front dynamique.

Les commentaires sont fermés.