Modern technology gives us many things.

La femme découpée par son mari jaloux a finalement survécu.

femme découpéeElle était juste dans un état comateux. La jeune femme de 28 ans à qui le mari a sectionné les mains et d’autres parties du corps, dimanche après-midi à Zogomitang, bourgade située près de Lambaréné, le chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué n’en est finalement pas morte.

Selon une source autorisée, la victime aurait déjà repris conscience à l’hôpital Schweitzer de Lambaréné où elle est internée. Son état de santé n’est pas rassurant mais elle aurait retrouvé la parole.

Les médecins estiment cependant qu’elle souffrira d’un handicap si elle s’en sort. Son mari lui a quasiment sectionné les bras.  » Les membres ne tenaient que sur la peau », a rapporté la source, précisant que la victime a perdu beaucoup de sang.

La famille et les amis de la jeune femme prient depuis hier pour que le pire ne se produise pas. Ils la préfèrent infirme que morte. Dans le petit village de Zogomitang, c’est toujours la désolation après cet acte horrible.

L’auteur de celui, Olivier Mombo Bouassa, un homme de 37 ans, ne semblait pas contrit après avoir attenté à la vie de sa dulcinée. Lors de l’interrogatoire à la brigade centre de gendarmerie où il est gardé à vue, il a tenté de se défendre.

Il a estimé que sa compagne n’avait pas de raison de le tromper étant donné, a-t-il avancé, qu’il remplissait tous ses devoirs de mari bien que vivant éloigné, de temps à autre, de sa femme.

Le trentenaire accusait cette dernière d’entretenir une relation amoureuse avec un ressortissant nigérian installé à Zogomitang. C’est le coup de fil de ce dernier invitant la jeune femme à aller passer la nuit à Lambaréné qui a jeté de l’huile au feu.

 

Les commentaires sont fermés.