Modern technology gives us many things.

La «Démocratie dynastique au Gabon»

Sortie du livre «Démocratie dynastique au Gabon» du journaliste Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi. L’auteur a choisi la dérision pour dénoncer «les travers de la démocratie gabonaise, la persistance des coups d’Etat électoraux, la confiscation des médias de service public, la caporalisation des institutions républicaines et l’ethnisation du débat du débat politique». 312 pages aux éditions Jets d’Encre.

gabon livreBaroudeur de la presse écrite, passé entre autres par l’hebdomadaire La Griffe, Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi, directeur du journal Ezombolo qui se défini comme «Le balai-brosse des vices et coutumes du Gabon», vient de commettre un essai politique aux éditions Jets d’Encre dont le titre, «Démocratie dynastique au Gabon», annonce la couleur, d’entrée de jeu.

Le communiqué annonçant la sortie de l’ouvrage indique qu’avec une implacable conscience, le journaliste signe là, comme à son habitude dans Ezombolo, une satire incisive de la période dite de transition post-Omar Bongo. Sur les 312 pages du livre, il dissèque les évènements politiques de ces dernières années et «révèle sans violence verbale les coulisses d’une démocratie en mal de liberté.»

Dans l’extrait donné à lire par le communiqué, l’auteur qui, comme de nombreux Gabonais, ne s’est jamais remis de la prise du pouvoir par Ali Bongo, à la suite de son père, écrit : «Dans un pays béni des Dieux, qui a tout pour ne jamais connaître la crise (bois, pétrole, uranium, fer, or, sites touristiques, etc.), une présidence sans Omar Bongo Ondimba sonnerait donc comme une libération ; mieux, l’espoir de tout un peuple qui rêve de jouir enfin de conditions de vie décentes. Et voilà que cet espoir est assassiné par le coup d’État électoral d’un clan qui a sans doute eu peur de rendre des comptes. Et de tout perdre. Les peuples, l’histoire le prouve, savent souffrir. Encore faut-il laisser place à l’espérance, c’est-à-dire à la liberté des populations de choisir leurs dirigeants. Il n’en a rien été ce 30 août 2009 au Gabon.»

L’ouvrage compte 12 chapitres parmi lesquels on pourrait signaler celui intitulé «La campagne». Ici l’auteur revient sur la préparation des candidats à la présidentielle anticipée de 2009. A travers un autre chapitre titré «La presse dans la campagne», explicite par lui-même, il traite notamment de la main basse, au bénéficie du candidat du Parti démocratique gabonais, sur les médias publics et du parti pris de ceux-ci pour ce candidat. Un autre chapitre intitulé «Les observateurs internationaux», lui permet de s’interroger sur les missions internationales d’observation des scrutins, notant au passage que ces missions, fondées sur le principe de non-ingérence et prises totalement en charge par les gouvernements qui organisent l’élection, ainsi que l’avait indiqué le Pr Albert Tévoédjrè qui dirigeait, en 2009, la mission des observateurs de l’Union africaine, sont d’emblée incapables d’impartialité.

«La commission médicale» est un autre chapitre du livre à travers lequel l’auteur fait, entre autres, remarquer que la commission médicale pour l’élection de 2005 avait déclaré Omar Bongo en parfaite santé alors que seront constatées, deux ans après, d’importantes perturbations de son état de santé, consécutives à un cancer arrivé à maturité. Pour le directeur d’Ezombolo, si la commission médicale avait objectivement fait son travail, la candidature d’Omar Bongo n’aurait pas été validée en 2005. Résolument contemporain, l’ouvrage ne manque pas de faire une incursion sur les deux années et demie de pouvoir d’Ali Bongo. S’il ne s’agit nullement d’une compilation des articles du journal Ezombolo, ce satirique ne donne pas moins un aperçu du traitement réservé à cette période.

Auteur de nombreux articles de référence en Afrique, Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi a animé plusieurs séminaires et conférences au Gabon et à l’étranger. Il enseigne au Département des sciences de l’information et de la communication (DSIC) de l’Université Omar Bongo. Son livre est déjà disponible en librairie et sur le site de l’éditeur

(Gabon Review 21/05/2013)

Les commentaires sont fermés.