Modern technology gives us many things.

La Cour des comptes déplore la non prise en charge de ses recommandations

cour des comptes sénégalLes pouvoirs politiques et publics montrent peu de volonté de mettre en oeuvre les recommandations de la Cour des comptes, au vu de la récurrence des faits épinglés au cours des contrôles, a déploré le magistrat Aliou Niane, conseiller dans cet organe de contrôle financier.

‘’Il y a une récurrence des faits que nous avons constatés depuis une dizaine d’années. Cela veut dire que les pouvoirs politiques et publics ne prennent pas en compte les mesures de nos recommandations pour apporter les correctifs que celles-ci appellent’’, a-t-il dit, lundi.

M. Niane s’exprimait au cours d’une conférence presse organisée par la Cour des comptes, après la publication de ses rapports généraux des exercices 2010 et 2011.

Ces rapports concernent la gestion de l’Aéroport Léopol Sédar Senghor, du Stade Demba Diop de Dakar, de l’Ecole nationale d’administration (ENA) et du Projet de construction de logements sociaux (Plan « Jaxaay »).

Sont aussi concernés des établissements publics de santé, l’organisation des voyages d’études par l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, mais aussi le Port autonome de Dakar (PAD), la SSPP Le Soleil et la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (SAPCO).

‘’Quand la Cour des comptes fait des recommandations, elle le fait en toute indépendance. Il appartient aux autorités du droit exécutif d’apporter des réponses à ce que nous avons constaté dans nos rapports’’, a rappelé Aliou Niane.

Selon lui, cette juridiction supérieure de contrôle a constaté depuis une dizaine d’années les mêmes phénomènes dans ses rapports sur les entreprises publiques, les sociétés publiques, entre autres.

Le conseiller à la Cour des comptes a relevé entre autres griefs le non respect du code des marchés, le fractionnement des marchés, le non respect de certaines dispositions de la loi des finances.

‘’Aujourd’hui, si nous devons nous inscrire dans une perspective de bonne gouvernance, nécessairement que ça soit des sociétés publiques, des entreprises publiques, des services de l’Etat, au niveau du budget de l’Etat, il faut qu’ils respectent strictement les lois et règlements de notre pays. C’est ça la base de la bonne gouvernance’’, a-t-il souligné.

Les commentaires sont fermés.