Modern technology gives us many things.

La Côte d’Ivoire se ‘’dresse” contre l’exploitation ”illicite” de son patrimoine forestier

forêtsLe gouvernement ivoirien, dans sa quête de protection de son patrimoine forestier, a signé jeudi, avec l’Union Européenne (UE), une déclaration commune, ouvrant la voie à des négociations d’un accord de partenariat volontaire (APV) pour la réglementation et la gouvernance forestière.


La partie ivoirienne était représentée à cette signature par le Ministre des Eaux et Forêt, Mathieu Babaud Darret et l’Union Européenne par son Ambassadeur, Thierry de Saint Maurice.

A travers la signature de cette déclaration commune, les deux parties décident de lancer les négociations pour conclure un accord de partenariat volontaire (APV)/Forest law enforcement, gouvernance and trade (FLEGT) qui vise à ‘’certifier que tous les bois et produits dérivés, qui seront exportés vers le marché de l’Union Européenne en provenance de la Côte d’Ivoire seront produits légalement”.

Les négociations de ces accords entre la Côte d’Ivoire et l’UE, débutent la semaine prochaine et la conclusion est prévue en 2017.

Le Ministre des Eaux et Forêts, Babaud Darret, lors de la cérémonie de la signature, dans un grand hôtel d’Abidjan, a déclaré à APA, que vu la situation de disparition des forêts ivoiriennes, il était impérieux de se lancer dans un tel processus, pour non seulement contrôler l’exploitation dont elles font l’objet, mais aussi assurer la part de marché du pays sur l’espace économique de l’UE.

La Côte d’Ivoire est un pays producteur de bois. Elle exporte environ 70% de ses produits forestiers usinés vers les pays de l’Union européenne.

Au début des années 60, elle disposait d’une quinzaine de millions d’hectares de forêt dense et humide. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’environ trois millions d’hectares qui sont en plus dégradées.

‘’Si nous ne faisons rien, c’est le désert que nous allons avoir”, a prévenu Babaud Darret, avant d’inviter tous ceux qui exploitent illégalement les forêts du pays, ou qui occupent illégalement ces espaces, à les libérer.

L’ambassadeur de l’UE, Thierry de Saint Maurice qui s’est félicité de la volonté du gouvernement ivoirien à s’engager avec l’Union Européenne sur la voie d’un Accord de partenariat volontaire, a promis ‘’veiller à ce que chacune des parties travaillent activement et durablement pour le succès de ces négociations”.

C’est en 2003, que l’Union Européenne a adopté la loi FLEGT (Forest law enforcement, gouvernance and trade ou l’application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux), avec pour mission de lutter contre l’exploitation illégale des forêts et du commerce qui lui est associé.

Ainsi, le plan d’Action FLEGT est une licence qui est délivrée par l’UE à chaque Etat qui décide volontairement d’adhérer à cette initiative. Dans le cadre de cet accord, l’Etat exportateur développe un dispositif de vérification de la légalité des activités de récolte et de transformation du bois.

Des Etats africains ont déjà signé un APV/FLEGT. Il s’agit notamment du Ghana, du Libéria, du Cameroun, de la République Centrafricaine et du Congo et plusieurs autres sont en voie de le signer.

Les commentaires sont fermés.