Modern technology gives us many things.

La Côte d’Ivoire peut à nouveau vendre son diamant : l’embargo est levé

diamant 2Le Processus de Kimberley a marqué vendredi son accord favorable pour que les Nations Unies lèvent l’embargo qui frappe le diamant de Côte d’Ivoire depuis 2005, a-t-on appris dans la capitale économique ivoirienne.


Selon une source gouvernementale citant le communiqué final de la réunion annuelle du système de certification international (KPCS)) tenue en Afrique du Sud, les efforts du gouvernement ivoirien pour faire face aux difficultés institutionnelles légales et politiques, ont été reconnus par le Processus Kimberley.

« La réunion plénière a exprimé son soutien aux efforts du gouvernement ivoirien pour se conformer aux exigences du Processus de Kimberley, dans le cadre de sa stratégie pour remédier aux difficultés institutionnelles légales et politiques qui avaient conduit l’ONU à imposer un embargo » stipule le communiqué final qui a sanctionné cette réunion ouverte mardi. La même source souligne que le pays a répondu aux « exigences » du Processus de Kimberley.

Le gouvernement ivoirien a multiplié ces derniers temps les initiatives allant dans le sens de la levée de cet embargo. Il a exprimé sa détermination à cultiver la bonne gouvernance du diamant, conformément à ce processus de certification internationale dit de Kimberley.

Une délégation internationale, composée de seize experts issus des gouvernements, de la société civile et de l’industrie diamantifère a séjourné début octobre en Côte d’Ivoire où elle a visité la ville de Séguéla, principale zone d’extraction du pays.

Un embargo frappe les diamants ivoiriens depuis 2005, au motif qu’ils alimentaient l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), qui contrôlait le Nord du pays depuis son coup d’État manqué de septembre 2002 contre le Président Laurent Gbagbo.

Etabli en 2003 par l’Assemblée générale des Nations Unies, le Processus de Kimberley a pour but d’empêcher « les diamants de conflits » d’entrer sur le marché principal du diamant. Le processus a été mis en place pour s’assurer que les achats de diamants ne finançaient pas les actes de violence des mouvements rebelles et leurs alliés qui cherchent à nuire aux gouvernements légitimes.

Cette initiative répondait à la controverse des diamants de guerre, ces pierres précieuses ayant servi à financer des conflits, comme en Angola ou en Sierra Leone. En Côte d’Ivoire, la production annuelle de diamants est estimée entre 50.000 à 300.000 carats (1 carat = 0,2 gramme).

APA

Les commentaires sont fermés.