Modern technology gives us many things.

La Communauté rurale de Bokiladji isolée par les eaux.

bokiladjiDes producteurs de Bokiladji (département de Kanel, Nord-est), ont demandé l’aide des autorités sénégalaises afin de pouvoir face aux conséquences de la récente inondation de leurs exploitations agricoles.

“Nous lançons un appel solennel au gouvernement du Sénégal de nous venir en aide pour qu’on puisse payer les dettes au niveau des banques”, a confié un paysan habitant cette commune rurale.

Il est le seul parmi d’autres producteurs victimes de l’inondation à avoir accepté de parler à la presse “des dégâts” causés par l’inondation, mais sous le couvert de l’anonymat.

Au total 37 ménages et plusieurs périmètres de cultures irriguées ont été inondés par les eaux des pluies et la montée du fleuve à Bokiladji, a-t-il indiqué, dénonçant “le manque de canalisation” dans la localité.

Cet habitant de Bokiladji a dénoncé des aménagements qui seraient “mal réalisés dans les terres de la commune”, au point d’entraîner l’inondation de leurs exploitations agricoles.

“Les cultures étaient presque en termes de maturation, mais malheureusement, à causse cette inondation subie, tout l’espoir est perdu de faire une bonne campagne de récolte”, a-t-il signalé.

Déjà, ce producteur redoute les délais de remboursement des crédits de campagne. “Une bonne campagne, a-t-il dit, est le seul moyen qui puisse nous permettre d’honorer nos engagements vis-à-vis des institutions financières.”

“Ces institutions financières nous ont octroyé des dettes à payer après la récolte”, a-t-il indiqué rappelant qu’au-delà des cultures endommagées, la localité de “Bokiladji est actuellement isolée” des autres.

“Pour entrer ou sortir, il faut emprunter des pirogues”, a-t-il insisté devant des correspondants de l’agence de presse sénégalaise et de Radio-Sénégal à Matam. Pour surmonter la crue, les deux reporters ont pris une petite embarcation.

Les commentaires sont fermés.