alpha condé benyLes services français et américains n’en ont pas la preuve, mais ils soupçonnent le milliardaire franco-israélien, Beny Steinmetz, d’être derrière cette tentative de déstabilisation. L’homme d’affaire, à la tête du groupe éponyme Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), est en conflit avec les autorités de Conakry qui l’accusent de corruption. En jeu, le gisement du Simandou estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Le 19 avril, deux employés de BSGR ont été arrêtés : Ibrahima Sory Touré, vice-président et directeur des relations publiques de la société et frère de Mamadie Touré, l’épouse de l’ancien président Lansana Conté, qui vit actuellement aux États-Unis, et Issaga Bangoura, responsable de la sécurité. Selon la justice guinéenne, ces arrestations s’inscrivent « dans le cadre d’une enquête pénale multi-juridictionnelle en cours sur l’acquisition par la société BSGR de droits relatifs aux blocs 1 et 2 du gisement de Simandou ».

La CIA et la DGSE lient le controversé Beny Steinmetz à un groupe de trois mercenaires, Victor Nassar, Patrick Klein et Steve Bokhobza. « Les trois hommes, explique le note américaine, ont contribué à la création d’un mouvement guinéen bidon, le Parti national pour le renouveau », écrit Le Canard. Ce parti, « sans doute sponsorisé par BSG », a écrit dans son mémorandum qu’il laisserait à la société de Benny Steinmetz ses droits d’exploitations de Simandou, « en cas de participation au gouvernement ».

PARTAGER