chemical armsLes autorités syriennes ont démenti les informations faisant état d’attaques chimiques dans des banlieues orientales de Damas. Les informations selon lesquelles les troupes gouvernementales auraient perpétré une attaque chimique meurtrière ont été relayées par la chaîne de télévision Al-Arabiya. La source a précisé que le bilan de l’attaque s’élevait à 280 morts dans la Ghouta orientale. Elle a plus tard annoncé sur Twitter que le nombre de morts avaient atteint 500 personnes. Selon Al-Arabiya, le gouvernement a envoyé des missiles air-sol sur la banlieue de Damas.

« Les informations sur l’utilisation des armes chimiques sont contraires à la vérité. Il s’agit d’une tentative de torpiller le travail des experts internationaux de l’ONU », rapporte l’agence nationale SANA.

Al-Arabiya a été plusieurs fois accusé de falsification, de mensonge et de provocation. Les dernières informations sur le recours aux armes chimiques sont douteuses. Il est peu probable que le gouvernement du président Bachar al-Assad ait envoyé des bombes chimiques sur la capitale du pays afin de chasser les derniers rebelles. C’est de la folie que de tuer ses propres soldats et la population, estiment les experts.

Assurant un soutien informatique, Al-Arabiya est sans aucun doute sponsor des militaires illégaux de l’opposition, fait remarquer Léonid Issaev, analyste à la Grande école russe de l’économie.

« Créer un milieu hostile aux troupes gouvernementales – voilà le but actuel d’Al-Arabiya, ainsi que des autres chaînes qui soutiennent l’opposition syrienne. Mises en avant, les fausses informations pourraient influencer les conclusions des experts de l’ONU. »

Ces actions constituent une sorte de provocation grandiose, estime Veniamine Popov, professeur à l’Institut d’État des relations internationales de Moscou.

« Il ne faut pas exclure que l’opposition syrienne aurait pu utiliser les armes chimiques afin d’en accuser le régime syrien. Il serait absurde de recourir aux armes chimiques quand les experts de l’ONU mènent une enquête sur leur éventuelle utilisation. »

En juin, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a présenté les preuves de l’utilisation des armes chimiques par les rebelles syriens. Il s’agit de gaz sarin de production artisanale, selon les experts russes.

L’opposition a plusieurs fois accusé le régime syrien d’avoir utilisé des substances toxiques. A l’heure actuelle, cette information n’est pas prouvée.

Créée en 2003, la chaîne Al-Arabiya est financée par l’Arabie Saoudite, le Kuweit et les Emirats Arabes Unis, qui sont les plus grands sponsors des rebelles syriens. La chaîne diffuse à Damas.

Sources : ruvr

PARTAGER