Modern technology gives us many things.

La CEDEAO sur le chemin cahoteux de la monnaie unique

cedeao 2L’année 2015 a été finalement retenue comme nouvelle date butoir pour l’introduction de l’eco, la monnaie unique de l’Afrique de l’ouest, et l’avènement de la pleine réalisation de l’intégration monétaire partielle, à travers la Zone monétaire ouest africaine (ZMOA).


Il est prévu d’introduire l’éco dans quatre pays anglophones de la sous-région, à savoir le Ghana, le Nigeria, la Sierra Léone et la Gambie, la Guinée prendra le relai en 2015 et le reste des membres de la zone Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en 2020.

L’objectif est en effet d’étendre plus tard l’eco aux pays de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA) regroupant le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali et la Guinée-Bissau qui utilisent le CFA comme monnaie commune.

L’intégration de l’UMOA et de la ZMOA est sous-tendue par l’objectif de la CEDEAO d’avoir une économie plus intégrée et de faciliter la signature du protocole de libre-échange et de liberté de mouvement. Elle vise aussi à donner à la sous-région un plus grand poids sur les marchés internationaux et à tracer des perspectives économiques plus encourageantes pour le bloc sous-régional.

Avec la coopération régionale sur les plans économique et monétaire, les Etats membres de la CEDEAO deviendront plus résistants aux pressions extérieures de l’économie globale.

Le régime de la monnaie unique offre également plusieurs autres opportunités car il pourra aider à promouvoir une stabilité des prix dans la sous région, minimiser l’incertitude des taux de change, promouvoir le commerce et la croissance économique et donc aider à promouvoir un plus grand bien-être.

L’intégration économique de l’Afrique de l’ouest dans la cadre de la CEDEAO a été mise en route en 1975. Sous les Traités de la CEDEAO, il a été retenu que les 16 pays membres (actuellement 15, avec le retrait de la Mauritanie) puissent former un marché commun. En conséquence, les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté, en 1987, le Programme de coopération monétaire de la CEDEAO (PCMC).

Cette initiative prévoyait que tous les pays allaient se regrouper pour former une zone monétaire unique à l’horizon 2000, mais la réalisation de cet objectif était aussi insaisissable que l’air.

Pour rappel, durant la période coloniale, il y avait en réalité une monnaie unique pour l’Afrique de l’ouest britannique et une autre pour l’Afrique de l’ouest francophone, tandis que les colonies portugaises utilisaient l’escudo portugais et au Libéria, c’est le dollar américain qui avait cours.

Les plans de l’Union africaine pour un renforcement de l’intégration encouragent le développement de telles unions sous-régionales, comme étant une étape intermédiaire vers l’union monétaire pleine et entière pour le continent, et l’eco est déjà proposée comme monnaie de référence à cet effet.

Alors que des pays tels que le Libéria et le Cap Vert ont déjà exprimé leurs réserves au sujet des plans menant à l’instauration d’une nouvelle monnaie commune, d’autres membres de la CEDEAO ne semblent pas emballés par le remplacement des monnaies locales par l’éco.

“L’intégration des économies en Afrique de l’Ouest va conduire à la création d’un marché régional unique”, selon Oladimeji Alo, le Directeur général du Centre de formation des institutions financières (FITC) basé à Lagos, au Nigeria.

“Ce nouveau marché unifié de plus de 210 millions de personnes réparties dans les 15 pays membres, avec un PIB de plus de 100 milliards de dollars, constituerait une énorme opportunité comparé aux marchés fragmentés des pays pris individuellement”, a-t-il fait remarquer.

Cependant, pour réaliser l’objectif ultime d’instauration d’une monnaie commune, les pays membres doivent prendre un certain nombre de mesures, notamment l’adoption d’un système de taux de change basé sur les réalités du marché.

Alors que plusieurs organisations internationales comme le Fonds monétaire international (FMI), l’Union européenne, la CEDEAO, la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre appuient la proposition d’une monnaie ouest africaine unique, le bloc semble encore indécis quant à la date du démarrage effectif de cette initiative. Les pays membres sont toujours en proie à des difficultés qui font que chacun d’eux s’engage du bout des lèvres et maintient poliment le statu quo.

Mais malgré tous ces goulots d’étranglement, le rêve nourri depuis longtemps de créer une monnaie unique pour les 15 pays membres de la CEDEAO devrait devenir réalité en 2020.

Par Mohamed Momoh

Les commentaires sont fermés.