Modern technology gives us many things.

La bourse de sécurité familiale ou la charité d’état : c’est 275 FCFA/jour et par famille

famille bignonaDeux cent soixante quinze (275FCFA) francs  par jour par famille soit 42 centimes d’euros par jour et par famille : c’est cela le visage hideux de la solidarité nationale de Macky Sall à l’endroit des indigènes sénégalais.

 Ce projet cynique a été accompagné d’un tintamarre médiatique aux allures d’un gargarisme déplacé  et toute la galaxie « Benno Tass Yakar » n’a pas eu honte de vanter ce qu’on pourrait appeler de la « charité d’état »

C’est quoi réellement la bourse de sécurité familiale ? C’est une enveloppe de  275 FCA/jour allouée par l’état du Sénégal  aux familles considérées comme les plus pauvres.

La solidarité nationale aux plus démunis est salutaire à tout point de vu, elle l’est beaucoup plus dans un contexte de crise mondiale dont les conséquences sont manifestes dans les ménages sénégalais. Ces derniers particulièrement  les ménages des zones suburbaines et rurales rencontrent  d’énormes difficultés à satisfaire leurs besoins élémentaires de subsistance. Cette situation s’empire de jour en jour et le président Macky Sall continue à étaler ses carences et son incompétence à faire bouger les choses. 

Devant une situation sociale et économique périlleuse, une politique de solidarité nationale ne pouvait être qu’audible au sein de la population. Dès l’annonce de sa création, beaucoup de nos compatriotes attendaient une offre conséquente aux bénéficiaires. La déception a été brutale après l’annonce du montant de la bourse. Une modique somme de 275FCFA/jour devrait suffire, selon Macky Sall, à  nourrir une famille très pauvre. Qu’est-ce qu’une famille peut-elle bien faire avec 275 FCFA? Elle ne pourra même  pas acheter  1 kg de riz ou  un litre d’huile,… si on sait qu’une famille au Sénégal peut compter 10, 15, 20 même 30 membres, on peut bien comprendre que la bourse de sécurité familiale symbolise l’aumône quotidienne de Macky Sall.

A y voir de prêt, l’état enfonce d’avantage les familles éligibles dans la précarité.  La solidarité n’est pas ce qui manque au Sénégal. Toutes les familles qui subissent les épreuves de la pauvreté on toujours quelqu’un, des parents, des amis, les voisins… qui apportent leur soutien. Bénéficier d’une telle bourse va naturellement réduire ou supprimer simplement cet élan naturel de solidarité dont bénéficiaient ces familles.

Les actions de l’état ne doivent  pas dans aucun prétexte  heurter l’orgueil  et la dignité des citoyens. Donner une somme aussi ridicule à une famille au nom de sa pauvreté, c’est à la fois rire de ses épreuves sociales  et secouer sa dignité qui peut vaciller sous le poids des besoins réels surtout si ces besoins commencent à impacter sur la partie juvénile de la famille. 

L’idée que je m’étais faite de ce projet, qui j’avoue est très important, est d’accompagner de manière conséquente les familles pauvres vers l’autonomie en les donnant des moyens de subsistance et en les orientant et aidant dans des initiatives génératrices de ressources. Ma conception de la solidarité nationale se démarque totalement de l’octroi exclusif de sommes d’argent ou même de vivres aux populations nécessiteuses mais parallèlement à  ces actions ponctuelles, une politique d’accompagnement vers l’autonomie et vers une sortie de la pauvreté doit être mise en place. Un état ne dispose jamais de ressources suffisantes pour donner la dépense quotidienne dans chaque famille. Ce n’est pas le rôle de l’état, même l’état providence dans sa conception la plus achevée ne peut avoir une pareille politique. Cependant, l’état doit s’appuyer sur chaque citoyen pour réveiller son expertise dormante ou inutilisée et la mettre à son profit et au profit de la collectivité. Les citoyens dits pauvres gardent toujours leur volonté, leur ténacité à réussir, leur savoir et leur savoir faire, par conséquent une bonne solidarité nationale vise résolument à valoriser tout le génie de ce citoyen pour que ce dernier n’ait plus besoin du soutien de l’état. Cette vision de la solidarité nationale met l’autonomie du citoyen et son affranchissement du pouvoir central au cœur des politiques sociales.  Macky Sall semble avoir un autre regard, celui là réducteur qui piétine la dignité humaine.

Serigne Ndame DIENG

Chirurgien dentiste

Doctorant en santé publique à Paris 13

Secrétaire administratif de la fédération PDS de France

Les commentaires sont fermés.