Modern technology gives us many things.

La BAD et WWF lancent la ‘’Déclaration de Marrakech » pour lutter contre le trafic illicite de la faune

éléphants massacrés 1La Banque africaine de développement (BAD) et le WWF ont lancé jeudi soir à Marrakech, ‘’la déclaration de Marrakech’’ qui se veut comme ‘’une réponse coordonnée de lutte contre le trafic illicite d’espèces de faune et de flore sauvages’’.


La déclaration souligne la nature incontrôlée du trafic illicite d’espèces de faune et de flore sauvages et incite vivement ‘’les pays et leurs citoyens à agir rapidement pour lutter contre le trafic illégal d’espèces de faune et de flore sauvages en Afrique et dans le monde entier ».

L’initiative se teint dans le cadre des 48-èmes Assemblées annuelles de la BAD organisées depuis lundi pour quatre jours dans la ville marocaine de Marrakech sur le thème de la ‘’Transformation structurelle de l’Afrique ».

La cérémonie s’est déroulée en présence du président gabonais Ali Bongo Odimba, du président du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, et Jim Leape, directeur général du WWF International
La déclaration de Marrakech se décline en un plan d’action de dix points pour lutter contre le trafic illicite d’espèces de faune et de flore sauvages.

Elle se veut une plateforme panafricaine d’appui aux initiatives existantes, menées par le consortium international de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages (ICCWC) et les réseaux régionaux d’application des législations sur la faune et la flore sauvages (WEN).

 »Le trafic d’espèces de faune et de flore sauvages est désormais plus organisé, plus lucratif, plus répandu et plus dangereux que jamais », note le texte, soulignant qu’il ne s’agit plus d’un simple phénomène local, des réseaux criminels internationaux contrôlent ce trafic et les bénéfices servent parfois à acheter des armes et à financer des conflits civils ou le terrorisme.

Le président Bongo a appelé la BAD à mettre en place un fonds spécial destiné aux crises environnementales, annonçant dans la foulée la prochaine tenue d’un sommet spécial sur ce fléau qui sera patronné par le Prince Charles d’Angleterre.

Ce fonds devra notamment servir à mieux former les équipes de protection de la faune et de la flore ‘’principales victimes » des braconniers surarmés
Selon Bongo, il faut surtout faire de sorte que ‘’l’Ivoire ou la corne de rhinocéros » perdent de leur intérêt sur le marché.

Le Président de la BAD plaide, pour sa part, pour une large campagne de plaidoyer auprès des populations africaines sur les ravages de ce fléau, notant que ‘’le braconnage n’est pas seulement une perte de revenus pour le continent, mais aussi une perte civilisationnelle ».

 »Nous devons lutter sans relâche contre le trafic illégal des espèces de faune et de flore sauvages », déclare Donald Kaberuka, président de la BAD, ‘’nos peuples, nos ressources naturelles et notre développement économique même sont en danger. J’appelle tous les dirigeants en Afrique et partout ailleurs à investir dans l’avenir de notre région, par tous les moyens possibles, pour renforcer l’application des lois et la justice pénale face à ces crimes ».

Selon Jim Leape, directeur général du WWF International, ‘’la criminalité liée aux espèces sauvages est un crime très grave ; les rhinocéros et les éléphants ne sont pas les seuls menacés. Ce crime a des répercussions sérieuses sur la sécurité nationale, l’état de droit et le bien-être des populations dans toute l’Afrique. Il faut agir maintenant, et au plus haut niveau, pour endiguer cette crise ».

Quelque 2 500 délégués, issus des 78 pays membres du groupe de la banque africaine de développement (BAD) participent aux Assises de la BAD.

Le Maroc a déjà abrité les Assemblées annuelles de la Banque, en 1974 à Rabat.

Lancée en 1964 dans le but de mobiliser des ressources en faveur du développement économique et social de ses pays membres régionaux, la BAD est la première institution de financement du développement dédiée exclusivement à l’Afrique. Réduire la pauvreté et promouvoir la croissance durable sont ses priorités.

En 44 ans, de 1967 au 31 décembre 2011, la Banque a approuvé 3 661 prêts et dons, pour un total de 60,06 milliards d’unités de compte – soit 92,57 milliards de dollars EU environ –, en faveur de ses pays membres régionaux.

Les commentaires sont fermés.