Dans la capitale du Fouladou, les femmes libérales tracent le profil d’un bon député. Pour Aïssatou Bâ, en ce 21e siècle, un député doit pouvoir défendre l’intérêt de la femme qui semble être la proie de tous les maux. Mariages forcés ou précoces, viols, excision, travail des mineurs, situation des domestiques etc, sont des questions sur lesquelles nous attendons nos députés depuis toujours a lancé Mme Bâ. De l’avis de cette présidente de la section féminine de l’UJTL, il y a encore des efforts à faire pour aider la femme sénégalaise à grandir dans un espace apte à la condition humaine. L’allègement des travaux des femmes surtout dans le monde rural est aussi une préoccupation que les députés doivent prendre en charge.. Les femmes constatent avec amertume que les députés de Kolda ne défendent pas suffisamment les vrais problèmes des populations locales en particulier la couche féminine. Un constat qui pousse ces femmes à réclamer de nouvelles têtes aptes a défendre mordicus la condition féminine. Pour cela, Aïssatou Bâ et ses camarades pensent que seul le PDS dans le Mankoo Taxawu Senegaal peut élire des députés qui connaissent la souffrance des populations, et non se servir de ces populations pour gravir des échelons. C’est pourquoi, la section féminine du PDS travaille d’arrache pieds pour investir des gens aptes, et gagner les prochaines législatives, synonyme de débarras de ce qualifie de ‘feuilles mortes ou députés dormeurs’.
ELHADJI MAEL COLY
PARTAGER