Modern technology gives us many things.

Khassimou Wone : « Avec cette pagaille, Benno risque de perdre à Diourbel »

Cosignataire de la pétition adressée à Macky Sall fustigeant la candidature du maire de Diourbel, Malick Fall, porté tête de liste de Benno pour les législatives et ancien directeur de l’ADIE, Khassimou Wone met en garde la mouvance présidentielle. A l’en croire, le camp présidentiel risque de perdre les élections. Il explique.    

Vous faisiez partie d’un groupe qui avait adressé un mémorandum à Macky Sall fustigeant la candidature du maire Malick Fall, aujourd’hui tête de liste de Bennoo. Où en êtes-vous ?

Nous sommes en politique, et il y a beaucoup de paramètres à tenir en compte. Mais clairement, il n’y a que deux hypothèses. Si Bennoo Bokk Yakaar arrive à faire le travail comme cela se doit, satisfaits, nous offrons la victoire au Président Macky Sall et nous ferons cap sur la présidentielle de 2019. Ce qui sera la situation idéale pour tout le monde. Mais si dans le second cas notre candidature échoue, on n’aura pas dit que nous n’avons pas alerté.

A Diourbel, on voit des comités électoraux à gauche et à droite. Moi, je ne me sens pas concerné. Et j’ai décidé de faire ma campagne par du porte à porte et aller vers les frustrés. Si Benno Bokk Yaakaar ne s’y met pas comme cela se doit, on peut perdre ces législatives ici à Diourbel. C’est dire que la balle est dans le camp de notre coalition.

Concrètement qu’est-ce qui ne va pas ?

Il y a une tendance baissière qu’on observe depuis 2012. Je crois donc qu’il faut continuer et intensifier la campagne de proximité vers les militants, mais surtout vers ceux d’avant 2012. Je dispose de la base de données de nos 4000 comités, la même que possédait le Président Macky Sall avant 2012. Je sais ce que ça représente et je sais que cette force électorale est celle-là qui peut permettre au Président Macky Sall de remporter aisément la présidentielle de 2019.

Vous ne répondez pas à la question.

Il faut refaire ce travail de charme vers les militants de la première heure, ceux qui étaient là avant l’élection de Macky Sall en 2012. C’est clair que la division est réelle au niveau de Bennoo Bokk Yaakaar présentement à Diourbel. On n’a jamais été d’accord sur le choix du mandataire, et aujourd’hui on n’arrive même pas à tenir une réunion correctement jusqu’à son terme.

Il y a une multitude de comités électoraux qui poussent comme des champignons. C’est vraiment la pagaille. Le Président Macky Sall doit regarder la situation de Diourbel, et la restructuration est nécessaire pour pouvoir avoir de bons résultats en 2019.

Comment se déroule la campagne dans cette «pagaille» que vous évoquez ?

Vous savez, à Diourbel nous vivons une situation assez inédite. Je rappelle que le maire, Malick Fall, avait gagné en 2014 avec 7000 voix. Et dans ces voix, il y avait ceux du Rewmi, du Pds entre autres. Si on évalue ces voix à 4000, il devrait lui en rester à peu près 3000. Est-il encore plus populaire ou moins populaire ? Les gens pensent que Malick Fall est aujourd’hui moins populaire au vu de certains scandales qui se sont passés à la mairie.

Du coup on se retrouve avec un maire qui est potentiellement à moins de 4000 voix, face à un électorat nouveau évalué, sans «stock mort», à 59 000 voix. Donc vous voyez l’ampleur du travail qui pour moi, ne peut être fait que par Benno Bokk Yaakaar qui doit booster cette situation du maire de Diourbel et ainsi combler ce gap important.

Au référendum où nous étions tous ensemble avec le maire et tous nos alliés, nous n’avions gagné qu’avec 300 voix, et j’avais alerté pour dire que la situation était tangente. Malick Fall n’avait qu’une incantation communale alors que là, nous sommes dans une élection départementale. Donc la campagne électorale est entre les mains de Benno Bokk Yaakaar.

Seneweb

Les commentaires sont fermés.