armée israelDimanche 23 septembre 13h28, l’Agence France presse annonce: « Des forces spéciales israéliennes dans le centre commercial de Nairobi ». Israéliennes ? 

Comment se fait-il que des forces israéliennes interviennent au Kenya aux côtés des forces de l’ordre locales pour mettre fin à un raid de shebab somaliens ?

En fait, Nairobi et Jérusalem entretiennent des rapports anciens et étroits d’un point de vu diplomatique, économique mais aussi sécuritaire.

Dès 1963, les deux pays accueillent leurs ambassadeurs respectifs et Golda Meir, alors ministre des Affaires étrangères, effectue un voyage à Nairobi. Depuis, les rapports économiques entre les deux pays ont également perduré et en 2011, le ministre kényan de l’Economie, Ali Mwakwere, chiffrait à 150 millions de dollars les échanges commerciaux entre les deux pays. Le centre commercial « Westgate mall » qui a été pris pour cible est d’ailleurs en partie à capitaux israéliens et abrite notamment un café assez populaire qui est tenu par des Israéliens.  

Questions sécuritaires

Autre domaine de collaboration privilégiée entre les deux pays : les questions sécuritaires. « Israël est un partenaire géostratégique clé », affirmait le directeur général du ministère des Affaires étrangères kenyan à un diplomate américain en poste à Nairobi le 15 mars 2007, soulignait ce lundi le quotidien israélien « Haaretz ».

Mais cet échange, révélé par la fuite de câbles diplomatiques américains, démontre des relations bien plus étroites. Selon ces documents révélés par  WikiLeaks, Tom Amolo a en effet confié à son interlocuteur américain lors de cet entretien que le Kenya et Israël entretenaient une coopération étroite en matière de sécurité et de renseignement depuis de nombreuses années et étaient en contact à tous les niveaux et sur tous les terrains d’action. « C’est (Israël: NDLR) un contrepoids approprié pour nous face à ces Etats, dans notre région, qui ne partagent pas nos valeurs », aurait ainsi affirmé Tom Amolo selon les documents diplomatiques secrets.

La question somalienne

Source de rapprochement entre les deux pays : l’inquiétude face à la question somalienne. Nairobi, après plusieurs années de laisser-faire au point d’être considéré – un peu – comme une base-arrière pour les milices islamistes shebab, s’est finalement impliqué dans la question somalienne. Pour Israël, il s’agit de sécuriser l’accès à la mer rouge, dont la porte d’entrée sud touche les côtes somaliennes. Voir les milices islamistes shebab en position de force dans la région est donc un danger pour l’Etat hébreu.

Opération Thunderbolt

Il est pourtant peu habituel de voir des forces étrangères intervenir dans un pays en proie à un problème de sécurité intérieure. Mais ce n’est ni la première fois que les intérêts israéliens au Kenya sont visés par un acte terroriste, ni la première fois que des forces israéliennes interviennent à l’étranger. Beaucoup ont en mémoire la prise d’otages du vol Air France Tel Aviv-Entebbe, en 1976, et l’intervention « Thunderbolt » des forces israéliennes qui coûta, d’ailleurs, la vie au colonel Jonathan Netanyahou, frère aîné de l’actuel Premier ministre.

Quant aux attentats anti-israéliens sur le sol kenyan, le principal exemple est le double attentat du 28 novembre 2002 lorsque furent attaqués un avion de la compagnie Arkia et le Paradise Hotel, un établissement à capitaux israéliens situé à Mombasa. Une attaque revendiquée alors par al-Qaïda, groupe auquel font allégeance les shebab somaliens qui ont tué près de 70 personnes dans ce centre commercial de Nairobi.

Le Nouvel Observateur

PARTAGER