Modern technology gives us many things.

Kédougou/Vote du budget 2013 de la chambre de commerce : le président décline les priorités

kédougou budget chambre de commerceLes élus consulaires de la chambre de commerce et d’agriculture de Kédougou ont voté ce 1er juin le budget de leur institution qui s’équilibre en recettes et dépenses à 51 490 000 FCFA. La séance a été présidée par M Hamdy Mbengue, adjoint au gouverneur, chargé de développement.

D’une prévision en 2012 de  68 250 000 FCFA, le budget de la chambre de commerce de Kédougou a été exécuté à 60% soit un montant  de 38 048 475 FCFA avec un fonds de réserve disponible au 31 Décembre 2012  de 799 077 FCFA qui a été reporté sur les dépenses d’investissement de 2013.

A la suite de la lecture par M Fodiyen Makhassouba du rapport de présentation du compte définitif au 31 Décembre 2012, à l’unanimité des  20 délégués consulaires que compte la chambre de commerce, ce budget pour l’exercice 2012 a été approuvé. Il en a été de même avec le budget pour l’exercice 2013 qui a été voté par l’ensemble des délégués consulaires.

Pour l’exercice 2013, le budget de la chambre de commerce d’industrie de d’agriculture de Kédougou s’équilibre en recettes et dépenses à 51 490 000 FCFA.

Un budget sincère

 « Le budget prévisionnel 2013 comparé à celui de 2012 a connu une baisse. Cela se justifie bien. Pour cette année 2013, nous avons voté un budget sincère, un budget qui veut être plus proche de la réalité » a laissé entendre M Mamadou Hadji Cissé, président de la chambre de commerce de Kédougou, par ailleurs député à l’Assemblée Nationale.

Il a par ailleurs fait un compte rendu de son voyage au mois de mai  dernier à Toronto,  à la rencontre  des grands décideurs et investisseurs dans le secteur des mines. Par la suite un débat constructif a suivi le vote du budget pour l’exercice 2013.

Les échanges ont principalement porté sur le secteur minier qui doit effectivement contribuer au développement de la région de Kédougou.

Un constat aberrant

Les populations de la région de Kédougou ne bénéficient pas des retombées de l’exploitation minière. Même les plus petites commandes de produits maraichers trouvables à Kédougou sont  honorées ailleurs.

Il faut dire qu’à travers ce voyage à Toronto, le président a posé les jalons d’une coopération qui permettra à tous les opérateurs économiques qui dépendent de la chambre de commerce d’y trouver leurs comptes.

Cela ne sera possible qu’avec la mise en place d’une commission qui facilitera les relations avec les sociétés minières afin de permettre aux populations de bénéficier des retombées de l’exploitation minière.

Mamadou Hadji Cissé, le président de la chambre de commerce compte faire ce cette priorité son premier cheval de bataille pour 2013.

Si vous voulez sécuriser vos investissements…

« Ce n’est pas de la charité que nous attendons des sociétés minières. Il faudrait qu’elles développent leurs achats au niveau local, cela va développer l’économie locale de la région. Si c’est pour construire des écoles ou des cases de santé, nous pouvons le faire à leur place. Si elles achètent leurs produits au niveau de la région, la population n’aura même pas besoin de leur soutien. Cela leur permettra de sécuriser leurs investissements et de travailler plus facilement. » a –t-il précisé.

La chambre de commerce, d’industrie de d’agriculture de Kédougou offrira aux sociétés minières de la place toutes les garanties de satisfaire localement leurs besoins.

Les opérateurs économiques ont les moyens

« Les opérateurs économiques de Kédougou ont les capacités financières et matérielles de satisfaire toutes les demandes des sociétés minières .S’il le faut je mettrai  tous les moyens  nécessaires pour les accompagner dans ce sens. On ne peut pas comprendre que les sociétés minières ne puissent pas participer pas à la vie économique de la région » a ajouté l’honorable député Mamadou Hadji Cissé.

Enfin pour 2013, la chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Kédougou se projette dans la création d’une zone industrielle si toutefois, elle arrive à bénéficier de 50 ha dans la communauté rurale de Tomboronkoto, la création d’un port sec qui sera un pôle de développement économique afin de décentraliser beaucoup d’activités économiques et dans la formalisation des opérateurs économiques de la région.

Adama Diaby. Correspondant xibaaru

Les commentaires sont fermés.