kédougou fleuveUn CRD spécial sur l’aquaculture, une activité peu connue dans cette région quasiment vierge a permis au directeur général de l’Agence Nationale de l’Aquaculture de prendre conscience des difficultés qu’à la population à consommer le poisson et autres produits halieutiques.. Les travaux ont été présidés par M Mame Less Cabo, adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives.

Malgré la disponibilité de différents cours d’eau, trouver du bon poisson à Kédougou relève d’un véritable parcours du combattant. Les petites captures des pécheurs locaux qui s’activent dans la pêche fluviale ne satisfont pas toujours la forte demande en poissons. Les consommateurs se rabattent le plus souvent sur les camions frigorifiques venus des côtes (Mbour, Joal, Kayar) pour s’approvisionner en poisson de mer. Ce poisson dont le monopole de la commercialisation est détenu par une portion de poissonniers n’est pas de bonne qualité. Il arrive presque pourri et n’est pas souvent à la portée de tous les consommateurs.

Raisons suffisantes pour que M Lessény Sy, après sa nomination comme président du conseil de surveillance de l’agence nationale de l’aquaculture(ANA),  mobilise ses collègues en vue d’apporter des solutions à cette crise du poisson à Kédougou, sa ville natale.

Un CRD spécial pour l’aquaculture

Cette réunion s’est tenue en présence des différents chefs de services, des groupements de promotion féminine, des jeunes et des notables.

lesseny sy« Faire de sorte qu’il y ait constamment du poisson à Kédougou est un défi pour moi. C’est pourquoi, ce Crd a été tenu pour permettre à tous les acteurs d’avoir un aperçu sur l’ANA, de connaitre ses missions, ses objectifs  et ses réalisations. Kédougou est l’une des rares régions du Sénégal où le poisson coûte très cher » a précisé M Lessény Sy, président du conseil de surveillance de l’ANA.

Au cours de ce Crd, les participants ont eu droit à la présentation globale de l’Agence Nationale de l’Aquaculture(ANA).

Composée de deux organes à savoir le conseil de surveillance et le conseil d’administration, l’ANA est née dans un contexte de baisse de la capture de produits halieutiques avec à l’inverse une population qui croît progressivement.

C’est pourquoi, cette structure se donne comme missions d’identifier et mettre en valeur des sites en faveur de l’aquaculture, contribuer au développement de l’aquaculture en encadrement des acteurs de cette filière entre autres.

Une antenne de l’ANA à Kédougou

Il faut dire que cette mission a permis au Directeur de l’ANA de visiter quelques sites potentiels  pouvant ultérieurement être destinés à l’aquaculture.  Des engagements ont été pris.

 «  Je remercie M Lessény Sy pour son engagement pour sa région. Nous allons l’accompagner dans ses projets. Les hautes autorités croient en l’aquaculture. C’est à nous de le confirmer. Kédougou a un taux de consommation de produits halieutiques le plus faible. Cette situation est alarmante. Nous allons  continuer à explorer les possibilités de la région. Nous sommes bien partis pour développer l’aquaculture dans toutes les régions du Sénégal notamment avec l’installation prochaine d’une antenne de l’ANA à Kédougou .Nous allons renouer le partenariat bilatéral et multilatéral » a précisé M Mactar Bâ, directeur général de l’ANA.

L’administration a salué à sa juste valeur l’organisation de ce Crd spécial sur l’aquaculture et magnifié les engagements pris pour permettre à la population de Kédougou de se lancer dans cette filière.

mame less cabo« L’aquaculture est un pilier important en rendant disponible le poisson une denrée rare à Kédougou. C’est pourquoi, le gouverneur de région accorde beaucoup de sens à ce Crd. L’aquaculture peut être une réponse au chômage des jeunes, elle permettra de booster l’économie de la région de Kédougou qui dispose d’énormes potentialités .Il y a beaucoup d’eau et l’hivernage est pluvieux. Ce Crd a permis aux différents acteurs d’être outillés pour mettre en œuvre des projets aquacoles. L’administration manifeste ici toute sa disponibilité à vous accompagner dans le processus de développement de l’aquaculture dans la région de Kédougou.» a soutenu M Mame Less Cabo, adjoint administratif du gouverneur

Pour concrétiser cette ambition, sous peu, une mission de l’ANA séjournera à Kédougou pour étudier les conditions de mise en valeur de la mare le Dalaba en site aquacole.

Adama Diaby xibaaru.com /Kédougou

PARTAGER