Modern technology gives us many things.

Kédougou : Plaidoyer pour le désenclavement de la région

Le Comité Régional d’Etude et de Suivi des Politiques Economiques et Sociales (CRESPES) a organisé ce jeudi 14 Août 2014, un atelier de plaidoyer pour le désenclavement de la région de Kédougou. Cet atelier a eu pour cadre la salle de réunions du cdeps de Kédougou.
« L’économie régionale à l’aube de l’Acte 3 de la décentralisation », c’est autour de ce thème, axe central de son rapport que le Comité Régional d’Etude et de Suivi des Politiques Economiques et Sociales (CRESPES) a appelé les différents acteurs de la société civile à réfléchir et à faire un plaidoyer fort pour amorcer le développement de la région de Kédougou.
abdoulaye sène kédougouIl s’agit de partager le rapport avec les acteurs au niveau local, d’effectuer une remise de notes de doléances aux autorités locales puis au niveau national. Pour les circonstances, M Abdoulaye Sène (ci-contre) chargé de programmes de l’ong AHDIS a effectué le déplacement.
« Partager un rapport du Comité Régional d’Etude et de Suivi des Politiques Economiques et Sociales) pour suivre et évaluer les politiques publiques de l’Etat du Sénégal et de produire des rapports alternatifs. Ces CRESPES ont été mis en place par l’ong AHDIS (Action Humaine pour le Développement Intégré au Sénégal) en partenariat avec la Fondation Rosa Luxembourg .Le CRESPES de Kédougou a produit un rapport sur la thématique pour faire le plaidoyer sur le désenclavement de la région de Kédougou. Kédougou région très enclavée » a-t-il précisé.
Il faut dire que ce rapport met l’accent sur plusieurs secteurs tels que l’accès aux services sociaux de base (santé Education, eau et assainissement) dont les indicateurs sont très bas. Ce qui justifie la nécessité pour que la région soit désenclavée, une priorité pour développer la région de Kédougou.
dialiba tandian« Le CRESPES est là depuis 2011 pour prendre en charge les préoccupations des populations. Les problèmes cruciaux de Kédougou se trouvent être l’enclavement interne et l’enclavement externe. Beaucoup de localités sont coupées du reste de la région, l’évacuation des malades pose beaucoup de problèmes. Beaucoup de fruits pourrissent faute de voies de communication. C’est pourquoi, nous avions choisi comme thème de ce plaidoyer, le développement économique régional à l’aube de l’acte 3 de la décentralisation, le désenclavement, une super priorité » a précisé M Dialiba Tandian (ci-contre), manager général de KEOH, point focal du CRESPES.
Il reviendra à la charge pour dire : « Notre rôle est de faire le plaidoyer y intégrer les suggestions et les commentaires puis envoyer le rapport complémentaire aux autorités locales et au niveau national. Si l’Etat ne nous écoute pas, nous allons continuer à sensibiliser la population pour qu’elle puisse revendiquer ses droits ».
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.