Modern technology gives us many things.

Kédougou opte pour une meilleure prise en charge de l’enfant

kédougou préfetL’annexe de l’auberge  Thomas Sankara de Kédougou  a abrité  du 28 au 31 octobre 2013 un atelier de mise en place du comité départemental de la protection de l’enfant (CDPE).

Les travaux ont été supervisés par M Habib Léon Ndiaye, préfet du département de Kédougou.

Au Sénégal, la protection de l’enfant a longtemps souffert d’insuffisances de planification, de coordination et de suivi des interventions tant au niveau central  qu’au niveau local.

Jusque-là chaque acteur était animé par un souci de préservation de ses  intérêts et la mise en application de sa vision qui n’était pas forcément celle des autres acteurs. Ces divergences dans la démarche de prise en charge de l’enfant  créaient des clivages entre les différents acteurs  entrainant du coup une certaine dispersion dans les interventions.

Mettre fin à la dispersion des interventions

Le ministère de l’enfant et de la famille qui a  pris conscience de la nécessité d’  harmoniser les interventions a impulsé  la réalisation de deux études. Il s’agit de l’étude sur la  cartographie des interventions et une étude sur la stratégie nationale de protection de l’enfant.

C’est dans ce cadre que la direction des droits de la protection de l’enfance et des Groupes vulnérables a organisé du 28 au 31 octobre 2013 un atelier pour la  mise en place du comité départemental de prise en charge de l’enfant(CDPE).

Ainsi durant quatre jours les différents acteurs réunis en séminaire ont travaillé sur la mise en place d’ un cadre unique d’intervention  et de collaboration pour une meilleure prise en charge de l’intervention qui constitue l’objectif principal visé au cours de cette rencontre

« Il s’agit de mettre en place un cadre permettant aux acteurs d’harmoniser les actions  pour travailler dans la même direction et éviter des actions  disparates qui pourraient être nuisibles à l’enfant.

mansour gaye protection de l'enfance On se basera sur la complémentarité des droits car aucune  structure ne peut régler à elle seule les questions de protection de l’enfant. Il y avait la dispersion des interventions chacun y allait selon sa vision et personne ne rendait compte à personne. Cette façon de travailler n’a pas donné de résultats d’où la nécessité d’avoir un cadre d’intervention unique »a précisé M Mouhamadou El Mansour Gaye (photo ci-contre) de la direction des droits de la protection de l’enfance et des Groupes vulnérables

Au cours des travaux, les participants  ont  élaboré une ‘grille swot’  par l’identification des  forces, des faiblesses des opportunités et des menaces des comités mis en place. Ils ont également élaboré une cartographie des interventions  qui a abouti au plan d’action.

Les échanges autour des questions de protection de l’enfant ont poussé certains acteurs à prendre certains engagements.

La mairie s’engage à soutenir l’action

« La mise en place du comité départemental   facteur de coordination efficace et d’impulsion en  faveur du développement de l’enfant .Nous nous réjouissons de la tenue de cet atelier car l’enfant fait partie de notre domaine  de compétences. Nous avons beaucoup appris  grâce aux apports des uns et des autres. Cette structure va mieux prendre en charge cette couche vulnérable. Au niveau de la ligne  indigence, on va ouvrir une ligne pour mieux prendre en charge la question de l’enfant. » a soutenu M Arfan Lamine  Diakhaby, secrétaire général du conseil municipal de Kédougou, représentant du maire.

Le comité départemental doit prendre en compte les acquis

Son souci d’élaborer un plan d’action à  mettre en phase avec la stratégie nationale   de protection de l’enfant pris en compte, le représentant de la division protection des droits de l’enfant a fondé beaucoup d’espoir sur le CDPE de Kédougou.

«  Nous comptions sur l’autorité pour que les engagements pris ici soient traduits en actes concrets. Un gros espoir est porté sur le CDPE de Kédougou. Il ne faut pas que ce CDPE soit le dernier .La direction de la protection des droits de l’enfant est disposée à apporter son appui technique, financier ou administratif autant que faire se peut pour faire avancer les choses » a soutenu M Mouhamadou El Mansour Gaye de la direction des droits de la protection de l’enfance et des Groupes vulnérables

kédougou préfet uneA Kédougou, Habib Léon Ndiaye (à droite), le chef de l’exécutif départemental compte mettre en œuvre toutes les stratégies pour atteindre les objectifs fixés au départ.

«  Il faut avoir une approche partagée, inclusive, intégrée dans le souci de mutualiser les moyens. il est heureux que le ministère vienne en appui à toutes les actions. La prise en charge de cette problématique est de la responsabilité de l’Etat. Je lance un plaidoyer très fort à l’ensemble des acteurs pour dépasser les clivages pour l’intérêt supérieur de l’enfant. Je voudrai rappeler avec force et détermination que j’y veillerai personnellement. On ne peut pas travailler si nous ne fédérons pas nos actions.  Le cadre départemental en offre l’opportunité » a –t-il précisé

Il a également saisi cette occasion pour remercier les partenaires techniques et financiers pour leur engagement en faveur de la prise en charge  de l’enfant. Notre engagement et notre détermination seront sans relâche.

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.