Modern technology gives us many things.

Kédougou, le torchon brûle entre la société civile et le conseil municipal

réunionLe collectif des organisations de la société civile est monté au créneau pour fustiger l’attitude irresponsable du conseil municipal de Kédougou sur la gestion du foncier. Il menace également de trainer le conseil municipal devant le procureur de la république et l’IGE pour gestion gabégique du foncier.

Les habitants de la commune de Kédougou sont de plus en plus inquiets de la posture du conseil municipal face à certaines questions importantes. Celles-ci sont principalement liées à la gestion foncière. C’est pourquoi, le collectif des organisations de la société civile s’est-il positionné pour défendre et sauvegarder les intérêts des populations menacées notamment par le projet d’implantation de la CSTT-AO.

La société civile dénonce à la dernière énergie les errements qui ont conduits au report de la réunion extraordinaire du conseil municipal qui devrait permettre aux conseillers de statuer sur le projet de la CSTT-AO.

mor khouma« Concernant l’implantation de la CSTT-AO, nous fustigeons la fuite de responsabilité des 25 conseillers municipaux qui avaient sollicité le réexamen de cette demande et qui le jour du conseil extraordinaire se sont éclipsés dans la nature. Ils ne méritent pas de siéger au conseil municipal de Kédougou. Ces conseillers-là doivent démissionner … » a souligné M Mor Khouma (photo ci-dessus), le porte-parole du collectif des organisations de la société civile de Kédougou.

La société civile prévient le maire Moustapha Guirassy

« Nous nous opposons fermement à l’implantation de la CSTT-AO. Et nous avions entendu tous les propos du maire Guirassy sur les ondes d’une radio de la place. Il a dit 50 000 fois oui à l’implantation de la CSTT-AO. C’est lui qui avait soutenu le monstrueux ticket présidentiel de Wade avec 25% de l’électorat. On attend qu’il vienne donner ces terres. On l’attend à pieds fermes à Kédougou. C’est un maire irresponsable qui n’a même pas de case ici qui ose dire de telles choses. Depuis qu’il est maire, Guirassy n’a assisté qu’à deux réunions du conseil municipal. S’il veut encourager les autres pour exterminer la population de Kédougou, nous ne le laisserons pas faire…»  a  rappelé M Khouma

tam bindiaIl faut dire que M Tama Bindia (photo ci-contre), le 1er adjoint au maire de Kédougou n’a pas tardé à réagir pour apporter certaines précisions sur la situation et les propos tenus par son maire titulaire.

« Le maire Moustapha Guirassy n’a jamais dit qu’il est 50 000 fois pour l’implantation de la CSTT-AO à Kédougou. Mais il a plutôt déploré l’absentéisme des conseillers municipaux. Ceux-là qui avaient demandé à ce qu’on convoque la réunion pour réexaminer la demande de la CSTT-AO il n’y avait que 15 présents sur les 25 signataires. Il a dit qu’il était prêt à accueillir tous les investisseurs qui voudraient s’installer à Kédougou. Maintenant c’est à voir ce que ces sociétés voudraient faire, est ce que c’est nuisible à  la population ou non  .C’est à partir de là qu’on va apprécier. Pour ces grandes sociétés,  je pense qu’il revient à l’Etat de prendre la dernière décision ».

Dans le même sillage de cette question de gestion foncière ,les recherches du bureau du collectif des organisations de la société civile ont permis d’avoir d’autres informations.

Des lotissements sans plans cadastraux

Les différents lotissements effectués par l’équipe du conseil municipal de Kédougou en place depuis 2009 sont loin d’être conformes à la législation sénégalaise. Avant de se prononcer sur cette question, le collectif de la société civile s’est rendu auprès de l’agent voyer pour avoir d’amples informations sur la régularité des différents lotissements.

«  De tous les lotissements effectués par le conseil municipal de Kédougou, un seul  plan cadastral, celui diligenté par le gouverneur répond aux normes. Les autres plans cadastraux ne répondent à aucune norme. Ils concernent le lotissement de Gada-Dinguessou et les différents aménagements effectués au niveau de la gare routière, Fadiga, la SONACOS et la SN HLM qui sont du domaine privé de l’Etat. En ce qui concerne ce domaine privé de l’Etat devrait d’abord les immatriculer à son nom et les rétrocéder au conseil municipal qui pourrait par la suite s’aventurer à faire des lotissements et des aménagements. Ce qui est dangereux c’est qu’il n’existe aucun document juridique  attestant que l’Etat a rétrocédé ce domaine  privé à la municipalité de Kédougou» a souligné M Mor Khouma, le porte-parole du collectif des organisations de la société civile.

M Tama Bindia a rejeté en bloc ces accusations du collectif des organisations de la société civile et prévient.

« Ce n’est pas possible .Est-ce qu’un maire peut vendre des terres. Moi, je pense que ce sont des questions politiques pour attaquer une équipe. Je sais quand même que 80% de ceux-là qui ont reçu les parcelles les ont vendues parce que les sites ne les convenaient pas. Il y a eu des actes de ventes l égalisés par le maire pour de tierces personnes, mais dire que le maire a vendu des parcelles ce sont des attaques… » a –t-il soutenu.

Compte tenu de nombreuses tergiversations du conseil municipal par rapport à son avis définitif sur la question liée à l’implantation de la CSTT-AO dans la commune de Kédougou, l’Etat est en train de prendre certaines mesures.

Une audience publique est prévue pour le vendredi 20 Décembre prochain afin de permettre directement à la population de se prononcer définitivement sur la question.

En simple observateur de l’évolution de la situation, Kédougou risque de basculer encore dans la violence  si toutefois  cette compagnie  s’implante dans la commune de Kédougou. Aussi faudra-t-il le rappeler que le premier soulèvement populaire que Kédougou a connu s’est effectué en décembre 2008.  Les jeunes ont prévu de descendre dans la rue si la CSTT-AO ne retire pas son projet de création de plateforme dans la commune de Kédougou qui a horreur des produits chimiques (Cyanure, mercure…).

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.