Modern technology gives us many things.

Kédougou, la ville pauvre au sous-sol riche, très riche…

Si riche et si pauvre, c’est le paradoxe de Kédougou, cette «Terre des hommes» au sous-sol regorgeant d’importants minerais d’or et à la nature gâtée par une faune et une flore luxuriantes, comme il n’existe presque nulle part ailleurs au Sénégal, grâce au Parc national du Niocolo Koba, qui peine pourtant à se développer.

 

kédougou média 2702 km à l’Est de Dakar et 233 km après Tambacounda, Kédougou. La «Terre des hommes» (signification de Kédougou en bambara – langue locale) grâce à qui le Sénégal est officiellement entré dans le «cercle restreint» des pays producteurs d’or reste encore une des régions les plus pauvres du pays. En plus du don de la nature qu’est le Parc national du Niocolo Koba, le sous-sol kédovin renferme d’importants gisements d’or dont l’exploitation, jusqu’à présent profite plus à des étrangers qu’aux nationaux, y compris les populations du terroir.

L’Etat bénéficie pourtant d’au moins 10% dans l’exploitation industrielle de l’or de Sabodala, grâce au Code minier et au Fonds social minier  de 3% porté à 5%. En dépit de cela et du fait que le ministère des Mines et de l’Energie peut se glorifier d’être témoin (via les services de l’Etat) de la levée hebdomadaire de l’or à destination de la Suisse où le métal précieux est traité et le produit fini certifié avant d’être écoulé sur la marché mondial, le constat demeure: l’or de Kédougou ne profite pas réellement au Sénégal.

Déjà, dans sa livraison du 11 juillet 2012, l’hebdomadaire «La Gazette» s’indignait du fait que 25 milliards F Cfa ait été volé à Sabodala, entre 2009 et 2011, selon le Tableau des opérations financières (TOF) du Sénégal (2009-2011). Ainsi faisait-elle remarquer : «(…) Pourtant, quand on jette un regard attentif sur la balance commerciale du pays, on note que le Sénégal a exploité pour l’année 2009 : 150 000 onces d’or (4 tonnes), 142 000 onces (3,5 tonnes) en 2010 et 140 000 onces d’or (3 tonnes) en 2011. Ce qui fait un total estimé à 445 000 onces, soit environ 11 tonnes d’or tirés du sous-sol de cette partie du Sénégal oriental”.

L’hebdomadaire relevait ainsi que “des experts ayant analysé ces chiffres considèrent que les recettes que l’Etat devait percevoir sur la période 2009-2011 équivalent au moins à 50 millions de dollars (environ 25 milliards FCfa)». Or, le ministre de l’Energie de l’époque, Me Madické Niang, soutenait que la société exploitante MDL «s’engageait à verser pour chaque once d’or 6,5 dollars Us à l’Etat sénégalais. En plus de cela, elle devait payer 10 milliards FCfa pour les actions détenues (10%) par l’Etat dans son capital».

Aujourd’hui que l’exploitation de l’or de Sabodala est reprise par Teranga Gold Opération (TGO), la volonté annoncée du président Macky Sall de revoir les contrats miniers n’y a encore rien fait. Les nouvelles autorités sénégalaises continuent de se contenter des miettes qui reviennent à l’Etat dans le capital, favorisant le «pillage organisé» de cette ressource grâce aux contrats abusifs dont bénéficient les exploitants miniers. Il n’y a pas de traces visibles en termes de retombées de l’exploitation de l’or, dans la région, si ce n’est quelques réalisations que les populations peuvent lister du bout des doigts.

Pourtant, l’Etat est tenu, à chaque négociation d’inclure des clauses, allant dans le sens de la mise en place d’un fonds social. Qu’il s’agisse de petites mines ou pas, il y a des standards internationaux en la matière. Et à ce titre, force est de reconnaître que Kédougou disposait déjà d’un fonds social minier depuis 2007. Ce fonds alors d’une valeur de 3,5 milliards F Cfa provient des cotisations des différentes compagnies minières de la région. Mais difficile de dire que l’argent est disponible. En atteste, le ministère des Mines et de l’Energie qui affirme que «ce fonds n’’est ni logé à la présidence de la République ni au ministère».

En réalité, dans la pratique, c’est la société exploitante elle-même qui gère  souvent le fonds social suivant ses intérêts et de façon informelle pour apaiser des conflits. Elle l’utilise souvent dans les domaines de la santé, de l’éducation, bref pour le volet social. La révolte des étudiants de Kédougou qui a débouché sur la mise à  disposition d’un immeuble dont la location est prise en charge par une partie de ce fonds en est un exemple.

Le Code minier en vigueur dispose par ailleurs, en son article 55  que: «une partie des ressources fiscales provenant des opérations minières est versée dans un Fonds de péréquation destiné aux collectivités locales. Les conditions et les modalités de ce versement sont fixées par décret».

Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.