Modern technology gives us many things.

Kédougou, des horticulteurs à l’école du compostage

formation femmesLa délégation de l’institut National de Pédologie de Kédougou offre  une session de formation pratique sur le compostage pour rentabiliser la production maraichère à Kédougou.

Kédougou est une région particulière caractérisée par son enclavement et son éloignement de la capitale. Cette situation fait que l’accès aux intrants demeure encore une grande équation à résoudre. Les producteurs de Kédougou perdent énormément de temps et de sous dans la recherche d’engrais chimiques pour l’entretien de leurs plantes.  Ce recours à l’engrais chimique  bien qu’augmentant la productivité impacte négativement sur la santé et sur la qualité des sols.

C’est dans ce cadre que la délégation de l’institut National de Pédologie (INP) de Kédougou a introduit une nouvelle technique d’enrichissement du sol. Il s’agit du compostage qui est une technique qui permet de fabriquer du compost.

Ils sont une trentaine de membres de la fédération des horticulteurs de Kédougou à prendre part à cette formation.

« L’objectif général de cette formation est de renforcer les capacités des membres de la fédération des horticulteurs de Kédougou sur le compostage pour leur permettre d’améliorer la productivité des terres en palliant la cherté des engrais chimiques et améliorer la fertilité des terres » a précisé M Waly Ngor Sarr chef de service de la délégation de l’INP de Kédougou.

Intrants du compostage

Pour faire du compostage, il faut réunir une compostière, des tiges de mil ou de maïs, de la paille, du fumier de la cendre ou des phosphates »

Techniques du compostage

« Dans un premier temps, il faut mettre dans la compostière des tiges de mil ou de maïs jusqu’à une hauteur de 5 à 10 cm puis une couche de paille de 30 cm de hauteur ensuite une couche de fumier de 5 cm et enfin épandre de la cendre ou des phosphates au dessus. Il faudra également ajouter 10 arrosoirs d’eau pendant la première semaine et recouvrir le tout avec une bâche ou avec de la paille» a souligné M Waly Ngor Sarr, chef de service de la délégation de l’INP de Kédougou.

Il reviendra à la charge pour dire : « Après 15 jours transvaser le premier bac dans le second puis ajouter 10 arrosoirs d’eau puis recouvrir. Reprendre le même procédé 15 jours après mais  cette fois-ci en transvasant le contenu du deuxième bac dans le troisième »

Pour effectuer le suivi, le producteur doit procéder régulièrement au contrôle de la décomposition en plongeant le doigt dans la compostière pour sentir la chaleur.

Une technique bien accueillie

 « Nous ne savions pas cette technique là. Nous avions tendance à nous ruer vers les engrais chimiques. Cela constituait pour nous un véritable casse-tête. L’engrais chimique non seulement, il est cher mais très rare à Kédougou. Désormais nous allons faire du compostage pour enrichir les sols de nos champs » a précisé Mme Fatoumata Goundo Bâ.

 L’INP entend faire le suivi de cette formation pour amener les producteurs vers sa démultiplication un peu partout.

Il compte également poursuivre les négociations avec des projets qui voudraient vient acquérir le compost que certains producteurs seraient prêts à commercialiser.

Adama Diaby Kédougou xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.