Modern technology gives us many things.

Journée Mondiale de la Pêche : Déclaration de Dakar sur les pêches illicites…

 pêche 1 Avec comme thème, «  Tous contre les pêches illicite, non déclarée et non réglementée (INN) », la journée mondiale de la pêche célébrée, jeudi dernier, a servi de prétexte aux différents acteurs pour lancer une déclaration que xibaaru vous livre dans sa totalité…

DECLARATION  DE DAKAR

 La célébration de la Journée Mondiale de la Pêche instituée par les Nations-Unies le 21 Novembre de chaque année  est une opportunité d’échanges  et de dialogue politique entre les Etats, les institutions et les acteurs de la filière en vue d’un développement durable.

Constatant que depuis 1997 à New-Delhi «  en Inde » à jour les acteurs de la pêche ne ménagent aucun effort pour porter l’initiative des plaidoyers et  sensibiliser les nations de pêche, nous demandons au Gouvernement du Sénégal de mettre cette journée dans l’Agenda de la République pour respecter ses engagements  de toutes les  Conventions de la Mer.

Cette  année,  nous célébrons la journée mondiale sous le signe de l’alerte «  Tous contre les INN ».

Les INN ; ce sont  les pêches illicites, illégales, non réglementées et non déclarées ; ces menaces persistantes sur notre économie et notre sécurité alimentaire afin d’interpeller les autorités  de l’Etat et son gouvernement au respect des conventions  à savoir :

-La convention des Nations-Unies sur le droit de la mer dénommée convention de la Baie de Montégo de 1982 en vigueur depuis 1984

– la convention de la coopération et de la commercialisation des produits de la pêche «  Infopêche »

-la convention des Nations-Unies sur l’application des mesures de gestion des   espèces chevauchant et des grands migrateurs de 1997 en vigueur en 2001 ;

-la convention des Nations –Unies  et le code de conduite pour une pêche responsable de la Fao s’appuyant sur plan international de lutte contre les INN etc.

L’engagement de notre pays à la nouvelle stratégie de la sécurité alimentaire  s’appuie sur l’apport des protéines animales d’origine  halieutique mais la situation drastique des ressources, l’effondrement des stocks et la présence dans nos eaux des bateaux russes ciblant les pélagiques nous obligent au choix des  thèmes portant  sur : -la gouvernance mutuelle des pêcheries,

–  la gestion du partenariat entre l’Etat, les organisations non gouvernementales « ONG » et  les organisations professionnelles « OP » de la filière Pêche,

-les conseils locaux de pêche artisanale « CLPA »  dans la gouvernance locale partagée  Etat-Acteurs,  

 -la cogestion participative, la transparence, la démocratie dans le secteur de la pêche,

-la communication sur les accords de pêche et le rôle des femmes de la filière

Face aux menaces à la sécurité alimentaire  et  les situations vulnérables des ressources halieutiques causées par les changements climatiques, aujourd’hui en Afrique les réalités dans le secteur de la pêche interpellent les acteurs et les Etats et les institutions à une gouvernance partagée  démocratique et participative des acteurs et bénéficiaires à la fois.

Et pour atteindre les objectifs du millénaire que sont la lutte contre l’extrême pauvreté  et la faim, le partenariat notre lien au marché mondial, la gestion d’un environnement sain pour un développement durable, les maladies infectieuses VIH –Sida , nos Etats côtiers sont  interpellés à une cohérence , une harmonisation des politiques de pêche , une vision commune axée sur les objectifs du sommet de l’environnement  et le développement durable 1992  , le consensus de Monterrey 2002 articulant les autres politiques sectorielles notamment le Commerce, l’Environnement et l’Economie.

Constatant la détermination de l’Etat à la mise en œuvre des programmes de restauration ,conservation et de surveillance, nous nous félicitons des stratégies dégagées dans   la lettre de politique sectorielle de la pêche  orientée vers une  conciliation  des intérêts à la fois  pour évaluer les impacts biologiques, environnementaux, économiques  et sociaux dans le cadre d’une approche éco systémique sans laquelle  rien ne justifie la création  des CLPA , cette gouvernance locale .où ces derniers collèges d’ acteurs ne doivent pas être des éléments  du décor administratif.

Au  Sénégal, comme dans tous les pays de la commission sous-régionale des pêches en Afrique de l’Ouest « CSRP »avec  ses intentions affichées pour la saisine du tribunal international des pêches ,nous faisons face à une présence de pêches illicites, illégales,  non déclarées et non réglementées  »INN » qui affectent les ressources dont dépendent en grande partie les acteurs et les populations pour satisfaire les besoins alimentaires  de protéines animales d’origine halieutique.

Cette situation embrasse toutes les zones de pêche sous juridiction des pays de la commission sous-régionale des pêches en Afrique de l’Ouest avec la présence des navires russes qui ciblent les ressources pélagiques ,objet de notre pétition nationale pour la non délivrance des protocoles d’autorisation de pêcher aux pays de flotte pêche lointaine.

Constatant  la non application des mesures et la réglementation prévues par  le code de la pêche  en plus d’ une incohérence et une absence de vision commune des politiques  de pêche des pays de la commission sous –régionale, nous demandons aux Etats  africains et la CSRP de mettre en place des mesures correctives  conformément aux conventions des Nations-Unies sur le droit de la mer, au code de conduite de la FAO pour une pêche responsable et le plan international de  mesures de lutte  pour décourager, éliminer et éradiquer  les « INN » pêches illicites ,illégales ,non réglementées et non déclarées.

Constatant la  crise sociale et financière des industries  de la pêche  artisanale et industrielle qui s’installe de plus en plus dans le secteur victime d’une gouvernance hypothétique  des ONG soutenues par certaines institutions qui financent le secteur  à l’exclusion des administrations des pêches et de l’environnement, l’Etat doit évaluer le partenariat des ONG /OP de la pêche  et mettre l’accent sur la transparence et la démocratie dans la  traçabilité des fonds de financement du secteur.

 

Dénonçant avec vigueur la gouvernance  des ONG par procuration du secteur au grand dam de la  direction de la pêche prise en otage avec ses services déconcentrés, nous sollicitons l’Etat à mettre fin à cette pratique qui est  dans l’actualité de tous les jours  sur l’ensemble du territoire maritime avec les mêmes ONG, les mêmes projets  et les ressources humaines  de 2000 à 2013.

Il est vrai que c’est  dans un contexte de turbulence politique du secteur de  la pêche et d’instrumentalisation des acteurs, des organisations professionnelles  que Monsieur Haidar El Ali est nommé Ministre de la Pêche et des affaires maritimes du gouvernement du Sénégal.

Une persévérance au bout de l’effort pour le  Monsieur Cousteau sénégalais, qui, en des périodes où les temps de la pêche étaient durs ;il était parmi nous dans les rues  et dans les plages à l’occasion des plaidoyers contre les dégradations, le nettoyage des fonds   marins et lors des grandes mobilisations opposées aux  accords de la pêche   UE / Asie.

Et c’est dans le souci d’asseoir une dynamique sociale et participative de la filière que  les  acteurs de base «  CLPA-CLP « , les organisations professionnelles  et les plateformes de plaidoyer – leadership du secteur de la pêche particulièrement les femmes des communautés de base soutiennent Monsieur le Ministre Haîdar El Ali  sur le projet de création de la confédération africaine des acteurs de la pêche lancé à l’occasion du premier salon maritime de Dakar 2013 en relation avec ses pairs du Maroc, de la Gambie ,de la Guinée-Bissau ,de la Gambie et de la Mauritanie.

S’il importe de comprendre que le poisson est renouvelable et  non pas  inépuisable ,  nous recommandons de  lutter contre les  mauvaises pratiques ,toutes actions anthropiques  nuisibles  et les  INN « pêches illicites,  non déclarées, non réglementées et incontrôlées.»

Considérant l’importance des initiatives du Port autonome de Dakar « PAD » dans sa lutte contre les INN, un des objectifs majeurs de son   projet de   compétitivité,  les Green& Marines  Plateformes Pêche- Ecologie  appellent l’Etat du Sénégal au respect du code en application des conventions internationales  sans oublier les responsabilités : des Etats du port- l’Etat du pavillon -et l’Etat côtier.

Considérant la nécessité d’ouvrir une enquête sur la présence des bateaux russes  qui représente la menace dans nos côtes, nous nous opposons aux délivrances des protocoles d’autorisation de pêcher accordés aux pays de flotte pêche lointaine  qui ne visent que  des pélagiques dans un contexte où les évaluations scientifiques et les statistiques des stocks sont en doute

 –De rappeler que les défis  qui attendent le Ministre de la pêche concernent la priorité pour une régulation d’accès à la ressource, la surveillance participative, l’aménagement et la réglementation  appliquée.

 -Pour une transparence et une bonne gouvernance, la mise en place d’une cellule d’information pertinente est opportune et  les indicateurs suivants doivent être réalisés à travers une politique des pêches, la gestion des flottilles de pêche artisanale et industrielle, la coopération internationale, le partenariat avec des organisations professionnelles et enfin renforcer le rôle des femmes dans la pêche.

L’atteinte de ces objectifs passe par le recentrage de tous les projets et des programmes de la pêche  au niveau du Ministère et de :

Recadrer les objectifs prioritaires de la lettre sectorielle de politique de pêche et de l’aquaculture dans les différentes directions de Pêche maritime et continentale.

Prendre en compte la situation des agents de surveillance communément appelées « Observateurs , les rétablir dans leur fonction de capitaine de côte et dans les postes de surveillance voire dans les comités de veille du port autonome  division  des pêches sans oublier que les contributions de leurs rapports de bord devraient aider à l’étude des plans d’aménagement des pêcheries .

Renforcer les politiques de l’agence des affaires maritimes »Anam », cette institution qui place le Sénégal dans le leadership des pays côtiers de la convention de l’organisation maritime internationale « OMI ».

-Redéfinir les fonctions du comité national de crédit pour le financement  du fonds de garantie et de bonification de la pêche aux acteurs de la filière conformément au protocole du 21 novembre 1999 entre la CNCAS, le Ministère de la pêche et le Ministère des finances.

Renforcer la gouvernance partagée et la gestion participative   des collèges d’acteurs des  CLPA et des OP dans la mise en œuvre des politiques, programmes et des projets de la pêche.

Renforcer la division « GENRE » du ministère, le rôle  et les responsabilités des organisations professionnelles  et des femmes dans les réseaux du  secteur  de la pêche et du commerce  en Afrique

Renforcer  le dialogue social Pêche et Aquaculture (charte C188 R199 – OIT Pêche) pour une gestion rationnelle de la ressource, l’instauration du repos biologique ou des espèces  sur la base des avis scientifiques partagés (CRODT –

Adopter la stratégie nationale des aires marines communautaires protégées par la gouvernance partagée  des ministères de la pêche et de l’environnement et du développement durable.

-Restructurer la caisse d’encouragement de la pêche industrielle et artisanale conformément aux objectifs du décret de 1981, portant création de la CEPIA.

Renforcer la cellule des études et de planification pour asseoir les normes de politiques économiques  en relation avec les ministères de l’économie, le ministère du plan et de la coopération et enfin avec le ministère du Commerce dans le cadre   des missions  des accords de partenariat économique (APE / APP) et autres au sein  de l’OMC et ses subventions dans le secteur de la pêche,

-Appuyer les acteurs de la filière Pêche  à la mise en place d’une mutuelle –Assurance – Vie – Maladie avec la prise en charge par l’Etat de la couverture médicale universelle de la filière pêche à travers la relance du centre de gestion agréé  du marché central au poisson de Pikine.

-Renforcer suivant les conventions de l’OIT-Pêche la formation des Capitaines et des Seconds  de pirogue artisanale en assurant  la protection sociale  et la sécurité élargie à tous les professionnels du secteur.

Renforcer le partenariat et la coopération espagnole entre les  Organisations Plateforme Pêche-Ecologie et l’Association des  Acteurs privés Imex-Africanarias  pour la mise en œuvre des programmes « Froid » dans le secteur de la pêche afin de répondre aux exigences de la traçabilité  et des conditions d’hygiène –qualité des marchés Europe –Asie et Afrique.

Membres de la CEPIA, Caisse d’encouragement de la pêche industrielle et artisanale, Nous, acteurs des organisations de la pêche artisanale et industrielle demandons le financement de fonctionnement des  CLPA et  la  prise en charge du siège de l’unité de coordination des organisations professionnelles de l’interprofession artisanale la pêche du CONIPAS conformément au décret de 1981 et le protocole de partenariat  Etat – OP.

Enfin nous insistons sur l’ouverture des enquêtes sur la présence des navires russes  en pensant que  Rien ne se fera plus sans NOUS.

Les acteurs  s’engagent à soutenir l’Etat  dans  sa lettre de politique sectorielle de la pêche.

       A Dakar, le 21 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.