Modern technology gives us many things.

JEUX OLYMPIQUES DE RIO 2016: El Hadji Dia Bâ balise le chemin

El Hadji Amadou Dia Bâ est formel : si le Sénégal veut remporter sa deuxième médaille olympique, après celle de 1988, il faut mettre les athlètes dans des conditions de performances, se servir des compétitions nationales et continentales comme tremplin et de créer une unité derrière la personne de Mamadou Diagna Ndiaye. Le directeur du Centre de recherche de développement (CRD/IAAF) a fait face à la presse hier, vendredi 17 mai 2013.

amadou dia baRio de Janeiro ! Le Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS) n’a d’yeux que pour l’ancienne capitale du Brésil qui abrite les JO de 2016. Aussitôt que son président, Mamadou Diagna Ndiaye ait fini d’afficher ses ambitions pour la prochaine olympiade, son conseiller spécial, El Hadji Amadou Dia Bâ trace la «Feuille de route» devant aider le Sénégal à faire retentir son hymne national.

«Le président Diagna Ndiaye a une vision et la réussite va nous honorer. Toutefois, s’il coule, c’est nous tous qui coulons avec lui», a déclaré d’emblée le médaillé d’argent (400 m haies) des JO de Seoul en 1988.

Et d’ajouter : «en tant que vice-président de l’Association mondiale des olympiens et président de la commission des athlètes de l’Acnoa, j’ai un rôle déterminant à jouer. Avec l’entregent de Diagna Ndiaye, il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’il peut trouver des moyens». «Mais, s’empresse-t-il de préciser, il faut redonner les ? des moyens aux athlètes». Pour mieux préparer Rio Janeiro, El Hadji Amadou Dia Bâ demande d’abord une évaluation des précédentes olympiades.

«Nous avons peu d’athlètes “médaillables“, mais il faut faire l’évaluation de Londres (2012) voire de Béijing (2008). Il faut améliorer leur niveau de vie, améliorer leur entraînement. Pour ce, il faut que l’Etat mette la main à la poche en appuyant les Fédérations sportives», tonne-t-il en fustigeant la politique de campagne consistant à dégager des budgets de participation à la veille des joutes.

Donnant son exemple, il confie qu’il avait terminé 5ème aux JO de Los Angeles (1984). «Et en 1988, je faisais partie des cinq meilleurs athlètes sur ma discipline (400 m haies) au monde. A partir de là, ma médaille était évidente, sauf accident, à Seoul», indique-t-il. C’est pourquoi dit-il, «il faut avoir des compétitions adéquates pour que nos athlètes soient parmi les huit meilleurs au monde. D’ici trois ans, on peut savoir qui peut avoir quelque chose à Rio. Mais, je le répète encore une fois, il faut que l’Etat, le Comité olympique et les Fédérations travaillent ensemble. Ecoutons nos athlètes pour qu’ils listent leurs besoins».

«Toutes les compétitions (championnats du monde, jeux de la Francophonie etc.) peuvent servir de tremplin. Après ces différentes étapes, les choses vont s’éclaircir pour Rio», souligne-t-il. Ainsi, fait-il remarquer : «à défaut d’obtenir une médaille à Rio, on aura fini de jeter les bases pour l’obtenir en 2020. Il faut veiller à ce qu’il y ait une continuité dans tout ce que nous faisons et éviter surtout qu’il y ait de cassure». Entre autres stratégies, El Hadji Amadou Dia Bâ, conseille de choisir des disciplines susceptibles d’apporter des médailles au Sénégal. «Ciblons deux voire trois disciplines et faisons de la discrimination positive pour elles, afin de décrocher une médaille», dit-il.
Soutien à Diagna Ndiaye

Revenant sur l’invitation de l’Etat à faire entrer Mamadou Diagna Ndiaye au sein du CIO, Dia Bâ appelle à la création d’une équipe et conseille ses pairs d’éviter «la délation». «Il faut que nous faisons une bonne campagne pour faire connaitre davantage Diagna Ndiaye parce que ce sera une excellente chose pour le Sénégal de l’avoir au sein du CIO après Feu Kébé Mbaye et Lamine Diack». «Je me mettrai à quatre pour qu’il puisse réussir cette ambition», martèle-t-il. (Sud Quotidien 18/05/2013)

Les commentaires sont fermés.