Modern technology gives us many things.

IRAN/La surprise ! Le modéré Hassan Rohani devient Président

hassan rohani 1Ce religieux modéré qui prône un assouplissement des relations avec la communauté internationale a remporté l’élection présidentielle dès le premier tour.

Le modéré Hassan Rohani a remporté l’élection présidentielle iranienne, mettant un terme à huit années de pouvoir exécutif conservateur, a annoncé samedi 15 juin le ministre iranien de l’Intérieur.
Hassan Rohani, soutenu par les camps modéré et réformateur, a obtenu 18,6 millions de voix, soit 50,68% au premier tour du scrutin disputé vendredi face à cinq candidats conservateurs, a précisé le ministre, citant des résultats définitifs.

Voix de la modération pour les uns, futur garant de relations diplomatiques plus apaisées pour les autres, à 64 ans, l’ancien négociateur de la question du nucléaire, Hassan Rohani, a, contre toute attente, réussi à séduire. Samedi 15 juin, le candidat à la fois du camp des réformateurs et des conservateurs modérés est arrivé en tête de l’élection présidentielle et a été élu dès le premier tour. Il devance très largement le maire conservateur de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (6,07 millions de voix) et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili (3,17 millions), qui était soutenu par l’aile dure du régime. Le taux de participation est de 72,7%, a ajouté le ministre Mostapha Mohammad Najjar. 

Hassan Rohani n’a pas brisé des tabous, mais ses diatribes contre la politique étrangère du président sortant et ses critiques à propos des violations des droits de l’homme surprennent.  Son profil qui peut ratisser large, avait convaincu le camp des réformateurs qu’il était en capacité de se placer au second tour. Il a ainsi obtenu le soutien de deux poids lourds de la vie politique iranienne, les anciens président Akbar Hachémi Rafsandjani (l’un des fondateurs de la République islamique et écarté de la présidentielle) et Mohammad Khatami (chef du camp réformateur). Pour ces derniers, qui avaient dans un premier temps menacé de boycotter le scrutin, il est, bien qu’étant un conservateur modéré, l’occasion rêvée pour faire revenir au pouvoir un camp réprimé et écarté de la vie politique.

L’échec de la révolte verte, la mise en résidence surveillée de ses leaders candidats réformateurs malheureux, Mir Hossein Moussavi et Medhi Karoubi, avait privé le camp d’une partie de sa base électorale.

Un profil ouvert

Ainsi, l’homme a surtout réussi un challenge de taille : réveiller une partie de la jeunesse, désillusionnée depuis qu’ils sont descendus dans la rue en 2009 pour protester contre la réélection de Mahmoud Ahmadinedjad et qui s’apprêtaient à ne pas se rendre aux urnes. Les meetings d’Hassan Rohani ont attiré de très nombreux jeunes, notamment dans les classes aisées. La présence dans ses discours des sujets comme la liberté d’expression ont agi comme un révélateur pour ces vétérans de la révolte verte. Le 5 juin, il assurait : « Si nous voulons lutter contre la corruption, il faut la liberté de la presse et des médias, il faut que les gens aient les mains libres » estimant que la police devait « intervenir en dernier ressort dans les questions culturelles ».

Seul candidat du clergé, Hassan Rohani, a pu séduire aussi les électeurs plus traditionnels. Il n’a que 13 ans lorsque son père l’envoie étudier à l’école coranique de Qom. Il est très vite influencé par les discours de l’ayatollah Khomeini pour qui il milite à 16 ans au sein du mouvement antimonarchiste. En 1976, il s’installe en Ecosse pour terminer ses études de droits sans s’écarter de son engagement politique et revient en Iran après la révolution islamique en 1979. Il intègre très vite les milieux islamistes grâce à son profil de religieux et rejoint le parti fondé par Rafsandjani et Khameini, alors proches de Khomeini.

Une obsession : sortir l’Iran de l’isolement

Sur le plan diplomatique, un sujet qui passionne les responsables politiques en Iran, il a usé et abusé lors de la campagne électorale d’un argument qui fait mouche et qui permet d’espérer des lendemains qui chantent : son savoir-faire de négociateur. Une qualité qu’il a su démontrer entre 2003 et 2005 lors de négociations sur le nucléaire entre l’Iran, la France, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Hassan Rohani se félicite d’avoir obtenu du Guide suprême et face aux inquiétudes de la communauté occidentale, une suspension temporaire de l’enrichissement de l’uranium et l’application du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP) qui permettait des inspections surprises dans les installations nucléaires de Téhéran, et cela malgré la pression des radicaux.

Ce succès a alors permis à l’Iran de regagner la confiance des Occidentaux. Le témoignage, selon lui, de sa capacité à sortir l’Iran de son isolement et alléger les sanctions économiques internationales qui pèsent sur la population.

Ainsi, l’ancien secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale promet un changement radical dans la diplomatie iranienne. « Je n’approuve pas la politique étrangère actuelle du pays. Nous cherchons à avoir une bonne entente (avec les pays étrangers) pour réduire pas à pas les sanctions et les supprimer totalement ». Hassan Rohani prône plus de souplesse avec la communauté internationale et un dialogue direct avec les Etats-Unis pour régler le problème du nucléaire.

De quoi rassurer les diplomates qui voient aussi en Hassan Rohani un homme habitué aux relations avec les pays occidentaux ayant obtenu son doctorat en droit à l’université calédonienne de Glasgow.

Cet atout qui peut séduire, peut aussi braquer de nombreux Iraniens critiques à l’égard de l’Occident et qui tiennent à l’indépendance du nucléaire militaire iranien.

Marge de manœuvre réduite

Qu’on ne s’y trompe pas. L’actuel membre du Conseil de discernement a su se montrer particulièrement intransigeant lors de la révolte des étudiants en 2000, alors qu’il occupait le poste de secrétaire du Conseil de sécurité nationale. Pendant la guerre avec l’Irak (1980-1988) il a occupé plusieurs fonctions au sein de l’armée et du Conseil suprême de la défense. S’il ne fait pas partie du pré-carré du Guide suprême, il a franchi la sélection sévère des Gardiens de la révolution, et, de fait, laisse peu d’espoir pour une réelle alternative à l’idéologie du Guide suprême.

La Constitution du régime iranien ne laisse aucun pouvoir au président de la République. Le Guide suprême décidera des choix en matière de politique étrangère notamment sur la question du nucléaire et de la reprise de relations plus sereines avec les Etats-Unis.

Le 4 juin dernier, Ali Khamenei a rappelé qu’il était le seul maître du dossier nucléaire en rejetant « toute concession aux ennemis » de Téhéran. Il a demandé aux candidats de promettre « de ne pas faire passer les intérêts de l’ennemi avant l’intérêt national.

Les commentaires sont fermés.