Modern technology gives us many things.

Interpellations d’Alioune Badara Cissé : et si l’APR écoutait enfin

Ce n’est pas pour rien que les militants de l’Alliance pour la République sont appelés « répondeurs automatiques ». En effet, toute personne qui ose critiquer le Président Macky Sall et/ou son régime devient de facto leur cible privilégiée. Si certains responsables prennent la peine de prendre un peu de recul pour servir une réponse adéquate à ce qu’ils considèrent comme des attaques, d’autres préfèrent verser dans l’invective. Et, à ce rythme, l’APR sera considérée comme un repère d’ignorants plutôt qu’un vrai parti politique.

En effet, le médiateur de la République, Alioune Badara Cissé (ABC), a fait l’objet d’attaques venant de hauts responsables de l’APR. Le maire de Agnam, Farba Ngom, a même demandé que le Président Macky Sall limoge ABC. Son tort ? Avoir dit que ce qui s’est passé lors des Législatives est inadmissible. Compte non tenu du sensationnalisme qu’en ont fait certains confrères, la déclaration d’Alioune Badara Cissé n’a rien d’une attaque. C’est juste un constat de ce qui ne marche pas dans notre pays. Des policiers qui giflent des citoyens, des bureaux de votes saccagés, l’image de notre pays écornée à l’étranger, ce ne sont pas des inventions, c’est la vérité.

Au lieu de s’échiner à l’abattre, il vaut mieux écouter ce qu’il a à dire. Car, comme il l’affirme en conformité avec la loi, « le médiateur de la République ne prend instruction de personne ». C’est le moment de souligner que ce n’est pas la première fois que ABC est la cible d’attaques de la part des apéristes. Là aussi, c’est sa liberté de ton qui avait mis un coup de froid dans ses relations avec le Président Macky Sall. C’était juste après son limogeage du ministère des Affaires étrangères en 2013.

Et l’on se souvient encore de la réplique mémorable de Me Cissé au ministre conseiller Mahmoud Saleh qui l’avait traité de « traître ». « Je pardonne à tous ceux qui s’adonnent à ce sport favori d’injures. Mais je suis persuadé que la bave du crapaud n’atteindra jamais la blanche colombe. Le silence que j’observe est dicté par les instructions de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar. Je pense que c’est cette attitude qui prévaudra et je ne dérogerai jamais », avait-il dit.

Les commentaires sont fermés.