Modern technology gives us many things.

Innocence Ntap Ndiaye tire sur Atépa, Robert Sagna et Cie

La présidente du Haut conseil du dialogue social pense que les organisations impliquées dans la recherche de la paix en Casamance doivent toutes être écartées des négociations. Que ce soit le San’t Egidio, basé à Rome en Italie, le Groupe de recherche pour la paix en Casamance (Grpc), dirigé par Robert Sagna, le groupe de contact ou le collectif des cadres casamançais, piloté par Pierre Goudiaby Atépa, ils ne parlent pas le même langage et ne peuvent pas résoudre définitivement cette crise, selon l’ancienne ministre.
» Les négociations qui sont tantôt faites par San’t Egidio, tantôt par le Grpc, ou par le Groupe de contact basé à Ziguinchor, doivent être mises en stand by. Parce qu’il n’y a pas de coordination dans tout ce qu’ils font », a-t-elle confié dans l’émission « Grand Jury » de la Rfm.

Innocence Ntap Ndiaye d’ajouter : « Ce qui est clair, la situation en Casamance met en présence des acteurs qui ne sont pas au même niveau d’informations pour traiter de la question, qui n’ont pas les mêmes capacités et qui n’ont en fait aucune légitimité. Ils doivent tous arrêter ».
Pour madame Ndiaye, l’Etat doit prendre les choses en main et « ne pas laisser ce dossier aux mais d’apprentis sorciers »

Senegal7

1 commentaire
  1. Aline dit

    … ET lui confier ca a ELLE… la presidente du dialogue SOCIALE. Qui ne sert a rien.

Les commentaires sont fermés.