Modern technology gives us many things.

Incroyable ! Un Vélib’ à Bamako : la photo du vélo parisien au Mali fait le buzz

vélib bamakoLa photo d’un jeune homme chevauchant un Vélib’. Rien d’anormal jusqu’ici, sauf que ce cliché a été effectué dans les rues de Bamako au Mali, soit à plus de 4 000 kilomètres de Paris. Ardemment partagée sur les réseaux sociaux, cette photo crée le buzz et beaucoup d’internautes se demandent comment ce vélo pu être transporté en Afrique.

 

Publiée il y a déjà plusieurs mois sur internet, une étrange photo est remontée à la surface et ne cesse pas d’être partagée sur les réseaux sociaux depuis une semaine. Elle nous montre un jeune homme chevauchant un Vélib’. Rien d’anormal jusqu’ici excepté le fait que ce jeune homme se situe dans les rues de Bamako, la capitale du Mali se situant à plus de 4 000 kilomètres de distance de la capitale française. Une question subsiste : Comment ce Vélib’ a-t-il pu être transporté de Paris jusqu’à Bamako ?

Si cette question peut sembler dérisoire et totalement insignifiante, elle reste tout de même une véritable énigme et alimente la polémique concernant cette photo et un probable réseau de voleurs de Vélib’. Déjà en 2007, l’année du lancement de ce vélo à Paris, Le Figaro expliquait dans ses pages qu’un réseau de voleurs de Vélib’ acheminait des centaines de ce genre de vélos jusqu’en Afrique et particulièrement à Bamako. Ce transport s’effectuait par avion-cargo.

« Les Africains adorent le côté 4X4 du Vélib' » 

Les internautes ont été nombreux à partager cette information. Alors quand cette photo a été publiée sur internet, elle n’a eu pour conséquence que d’affirmer l’existence de ce réseau de voleurs de Vélib’. D’autres internautes ont, bien entendu, tenté d’émettre de multiples hypothèses toutes aussi loufoques les unes que les autres.  

« Les Africains adorent le côté 4X4 du Vélib’, si robuste qu’il permet de circuler même en brousse », avait déclaré un haut responsable de JCDecaux démentant ainsi ces propos tenus par le haut responsable, relayé par Le Parisien. Toujours est-il que la question de la présence de ce Vélib’ dans les rues de Bamako reste en suspens. Et si les Maliens aiment particulièrement la robustesse et la silhouette du vélo collectif parisien, sachez que depuis que le même service a été lancé à New York (CitiBikes), les habitants de la Grosse Pomme ne sont pas réellement passionnés par la silhouette de leur vélo bleu ; il aurait « vaguement l’air français » relaie Le Monde.

Les commentaires sont fermés.