Modern technology gives us many things.

Ile de Gorée: patrimoine mondial en péril

goréeL’île sénégalaise classée au patrimoine mondial de l’UNESCO souffre d’un manque de moyens pour préserver son patrimoine et son authenticité. Des bâtiments s’effondrent, le travail manque… Devant l’immobilité du Gouvernement sénégalais un collectif d’habitants vient de se regrouper pour proposer des solutions concrètes.

De Gorée, une grande majorité de visiteurs ne retiennent que deux ou trois souvenirs superficiels : le débarcadère autour duquel foisonnent nombre d’enfants plongeant autour de la chaloupe qui relie l’île à Dakar, le très célèbre escalier de la « maison des esclaves » récemment visitée par Barack Obama, ou encore le baobab situé en plein milieu du terrain de football sur lequel se déroule chaque année la Coupe du maire. Un cliché certes séduisant pour le touriste en visite rapide, mais bien éloigné de la réalité de la vie insulaire. Pour ses habitants, Gorée c’est surtout une ambiance, un mode de vie. Ce havre de paix constitue « une grande famille dans laquelle tout le monde connaît son voisin » et vit en harmonie avec lui, comme le résume Mamadou Diop, un Goréen amoureux de son île. La vie sur ce bout de roche de 17 hectares, c’est aussi une ambiance calme, dans un monde éloigné du tumulte dakarois où le seul véhicule déambulant dans les ruelles est une charette tirée par un âne. Pour comprendre l’île et capter tout son charme, il faut s’y arrêter, prendre son temps. Il faut y vivre la tombée de la nuit, déambuler dans les ruelles entre les bâtisses coloniales prenant leur teinte pastel quand le soleil se cache derrière Dakar. Boire un jus de bissap en échangeant avec une famille de Goréens quand la température baisse et que les baigneurs agglutinés sur la plage principale ont repris la dernière chaloupe. Une impression de calme et de sérénité se répand alors, le temps semblant se figer pour le millier d’insulaires.

C’est pour préserver cette douceur de vie que certains Goréens se mobilisent. Récemment, ils sont un petit nombre à s’être unis dans un collectif visant à la création d’un mouvement citoyen pour la sauvegarde de l’île. Dénué de toute influence politique, le mouvement « lance un appel en écho à celui lancé il y a 33 ans par Amadou Moctar Mbow », alors directeur général de l’UNESCO, « afin que soient pris en compte le devenir de Gorée, de son patrimoine en péril et de sa population ». Pour Mamadou Diop, l’un des membres très actifs du collectif, c’est « toute la communauté internationale qui devrait se mobiliser » pour sauver l’île et son patrimoine. Ce petit bout de terre est victime de l’érosion, un phénomène n’inquiétant les autorités dakaroises que parce qu’il touche l’établissement scolaire d’excellence Mariama Ba. Mais la mosquée, construite en 1890, est, elle aussi menacée d’effondrement, à l’image de toutes les maisons coloniales qui pullulent sur l’île, héritage de la présence française en Afrique de l’ouest. Devant la mosquée désormais à fleur de falaise, l’un des fidèles qui s’y rend quotidiennement désigne, inquiet, les éboulis distants d’une dizaine de mètres de l’édifice, avouant craindre « qu’elle disparaisse dans les années à venir ».

Mais ce phénomène naturel n’est pas le seul à préoccuper les habitants : l’absence d’entretien de nombreux bâtiments, l’occupation illégale de certains édifices, la « muséeification » de l’île, sont autant de sujets d’inquiétudes pour les insulaires.

gorée 2Des bâtiments qui menacent de s’effondrer

De tous les maux qui touchent l’île, la dégradation des édifices est celui qui saute le plus facilement aux yeux du visiteur. Me Augustin Senghor, maire de Gorée, le rappelait justement dans l’éditorial du dernier numéro de L’insulaire, le journal communal : « Nous aurions tort de penser que Gorée est à l’abri des catastrophes survenues récemment dans la ville de Dakar », avait-il affirmé, en référence à l’effondrement d’un immeuble à Ouakam, ainsi qu’à l’incendie mortel qui a touché, l’an dernier, un bâtiment du quartier de la Médina (des quartiers dakarois). L’école William Ponty qui borde le terrain de football, le camp des gardes, l’ancien hôpital et le pavillon des sœurs, sont autant d’édifices qui se dégradent à vue d’œil, en raison du manque d’entretien. Un mal qui pourrait n’être que superficiel si ces demeures coloniales n’hébergeaient pas des familles entières risquant à tout moment d’être victimes d’une chute de pierres, voire même de l’effondrement d’un bâtiment.

Mais une impasse se dresse quant à une éventuelle réhabilitation : les habitants ne peuvent rénover eux-mêmes leurs logements, sous peine d’une mise en demeure de démolition, adressée par les services du patrimoine. Services, qui, malgré leurs responsabilités, ne réparent par les bâtiments dont ils ont la charge. Et quand bien même « l’Etat se déciderait à agir, il faudrait momentanément reloger les familles » souligne monsieur Terenzio, l’un des habitants de l’île, membre du collectif. Or, celles-ci ont peur que les politiques cherchent à les déloger de chez elles, au profit d’acheteurs qui acquerraient les bâtisses coloniales pour en faire leur résidence – alors que la plupart des habitants sont dans les lieux depuis plusieurs dizaines d’années. C’est le sort qui a déjà été réservé à plusieurs bâtiments publics, abandonnés depuis quelques années. Ils ont été confiés à des particuliers, parmi lesquels certains se sont désintéressés des lieux et ont laissé les demeures retomber dans la décrépitude.

Devant ces craintes légitimes, le statu quo semble de mise. Mais les Terenzio, comme les autres habitants mobilisés dans le collectif, insistent : « il faut à tout prix rénover ces bâtiments. Si jamais l’un d’eux venait à s’effondrer et que des personnes étaient touchées, c’est comme si c’était notre famille qui était atteinte ». Le collectif entrevoit deux possibilités pour s’occuper des édifices : la première serait que l’on autorise les familles à rénover leurs logements – elles sont d’accord pour financer les travaux, malgré le fait qu’elles ne soient pas propriétaires. L’Etat pourrait aussi créer des logements temporaires sur l’île, le temps du chantier, avec assurance pour les occupants de retrouver leurs logements une fois les réfections terminées. Ils sont même prêts à payer leurs logements à l’avenir pour rembourser les travaux, alors qu’ils étaient jusqu’à présent logés gratuitement, en vertu d’un accord oral donné il y a plusieurs décennies.

Donner du travail aux Goréens pour conserver l’âme des lieux

gorée 1Si les solutions divergent, tous les habitants s’accordent à dire que les Goréens doivent perdurer à Gorée. Marie-José Crespin, juriste française dont la famille est présente sur l’île depuis 1950, résume l’avis général : « si l’Etat fait déguerpir les populations c’est l’âme de Gorée qui s’en va ». Que des particuliers tentent de s’implanter dans l’île, ou que des hôteliers tentent de racheter d’anciens édifices pour en faire des cinq étoiles, cela ne peut être, de l’avis général, qu’une mauvaise chose. Les habitants craignent une muséeification de l’île, vouée à la commémoration de l’esclavage. Un endroit où séjourneraient uniquement des touristes ne prêtant pas attention au côté humain du lieu.

Aux yeux de la population, une seule solution existe pour faire perdurer la vie typiquement goréenne : donner des emplois aux jeunes. Pour Mamadou Diop, il serait « absolument normal que la chaloupe qui effectue les trajets de l’île à Dakar emploie plus de jeunes de Gorée ». L’homme dénonce des « emplois politiques » réservés aux amis et à la famille des dirigeants. « Les Goréens doivent s’occuper de l’île, la nettoyer et accueillir les touristes, mais sans pour autant en tirer les bénéfices : on ne touche aucun revenu direct de la liaison maritime, et l’Etat n’encourage pas les touristes à rester sur l’île. La plupart du temps ils viennent entre deux chaloupes, juste le temps de visiter la Maison des esclaves, sans apporter quoi que ce soit aux habitants. Tout juste déambulent-ils cinq minutes dans le marché pour acheter un ou deux souvenirs », affirme Mamadou Diop. Pour lui, il faudrait que le Gouvernement face de la publicité à Gorée, notamment à l’international. Pour que les visiteurs ne fassent pas que passer sur l’île, mais y restent quelques jours ; et qu’ils apportent ainsi un peu d’argent aux hôteliers et restaurateurs, qui pourraient embaucher de la main-d’œuvre locale. Parallèlement, certains membres du collectif demandent la mise en place de plans de formation pour les jeunes ayant décroché du système scolaire et n’ayant pas de formation : « pourquoi ne pas les former aux métiers du bâtiment ? », s’interroge madame Terenzio. Avant d’ajouter : « Comme ça, ils pourraient travailler sur les bâtisses de l’île… Ils resteraient ici, auraient du travail et, en plus, l’île se dégraderait moins». Au lieu de cela, actuellement les jeunes n’ont que peu de choix : aller travailler – et des fois vivre – à Dakar, ou courir après les touristes déjà assaillis par les vendeurs de babioles, pour tenter de leur faire acheter un souvenir supplémentaire. Et ce, au risque de donner une mauvaise image des lieux, les visiteurs étant souvent oppressés par les vendeurs qui les harcèlent au cours de leur séjour. Une insistance qui ne peut que desservir Gorée, donnant l’impression d’un îlot à touristes. Cet îlot même dont ne veulent pas les habitants, qui en préservant la nature paisible des lieux, souhaitent conserver l’âme de l’île.



Les commentaires sont fermés.