Modern technology gives us many things.

Il y a plus de 60 syndicats d’enseignant au Sénégal.

marième sakho dansokho«  C’est  trop », a reconnu la Secrétaire général du Syndicat des professeurs du Sénégal(SYPROSE). Marième Sakho Dansokho (photo) qui intervenait à  l’émission « point de vue » à travers les ondes de la Rfm ce lundi, appelle ses camarades à l’unité. « Aujourd’hui les organisations syndicales majeures sont conscientes qu’il est nécessaire voire obligatoire d’aller vers une refondation du mouvement pour réduire au maximum le nombre et pour mieux défendre l’école et les  enseignants ». D’une part, Selon elle «cette pléthore de syndicats porte préjudice. On négocie mal parce que c’est la cacophonie autour de la table de négociation», et d’autres part «ça permet également aux autorités mal intentionnées  quelques fois, d’utiliser les unes contre les autres  pour ne pas régler les problèmes ». Madame Sakho qui se soucie de la stabilité de l’espace scolaire «  pense que la principale  cause ou raison pour lesquelles ces crises récurrentes durent depuis plus de dix ans,  c’est par ce qu’il y’a un émiettement du  mouvement syndical ». Il faut qu’on sache qui est qui  et qui fait quoi ». la syndicaliste  qui est favorable à l’idée d’organiser des élections de représentativité  est d’avis que les enseignants doivent aller ensemble. Toute fois elle précise que  si c’est pour « reprendre celle des centrales ça pose problème ».

Marième Sakho qui reste optimiste souligne que les enseignants sont sur cette lancée à travers la mise en place « du grand cadre qui représente une unité d’action en entendant l’unité organique »

Ousmane DEMBA/Sédhiou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.