Modern technology gives us many things.

“Il y a des tendances lourdes sur la pression des terres agricoles dans la région de Dakar” selon une étude…

champ 1Les terres agricoles de Dakar (capitale sénégalaise) font l’objet de lourdes tendances de pression foncière, alors que l’économie de cette région est “fortement tributaire des activités agricoles”, souligne l’étude sur “Approvisionnement alimentaire en région de Dakar”.


“Il y a de lourdes tendances sur la pression des terres agricoles de Dakar dues majoritairement à l’explosion démographique. Cette tendance qui contraste avec une demande importante en terres agricoles entraîne le déclassement des forêts et l’affection de leurs terres à des privés. Ce qui constitue une menace sur les petits producteurs”, explique l’étude.

Elle a présentée jeudi à Dakar au cours d’un atelier sur la sécurité alimentaire, organisé par le conseil régional de Dakar dans le cadre du Plan climat territorial intégré (Pcti), en partenariat avec la Fondation Nicholas hulot et le Groupe de recherche et de réalisation pour le développement rural (Grdr).

Du fait de la pression foncière, les surfaces emblavées de la région sont passées, par exemple, de 4070 ha en 2007 à 3415 ha en 2008, et les productions agricoles respectivement de 63.000 t à 47.950 tonnes pendant la même période.

Avec une superficie de 550 km2 (soit 55 000 ha), la région de Dakar couvre 0,28% de la superficie nationale et a un taux d’urbanisation de 47, 5%. Sa population est estimée en 2021 à 4 292 700 habitants, soit 1, 6% de la population actuelle.

“Les espaces occupés par l’habitat ont plus que triplé depuis 1960. L’habitat couvre plus de 36% de la surface régionale. De plus, on assiste à l’extension de la ville de Dakar au détriment de l’espace rural”, a expliqué Mamadou Niokane, chargé de programme du Grdr et membre de l’équipe qui a réalisé l’étude.

De l’avis du président du conseil régional de Dakar, Ousmane Sambe, cette pression foncière accentue l’insécurité alimentaire de Dakar dont la production agricole ne couvre que les 30% des besoins des populations.
“Ce qui change les habitudes alimentaires, augmente les prix et expose aux conséquences de l’insécurité alimentaire compte tenu du non contrôle des produits importés”, a dit M. Samb.

Les commentaires sont fermés.