Modern technology gives us many things.

Il est interdit de fêter le Nouvel An en Arabie saoudite

arabie saouditeLa police religieuse d’Arabie saoudite a interdit à ses quelque 30 millions de citoyens de fêter le Nouvel An cette année.

Cet interdit de fêter le Nouvel An en Arabie saoudite se base sur une fatwa décrétée par le haut comité des oulémas, spécialistes du Coran et gardiens des traditions musulmanes.

L’une de ces traditions consiste à suivre, non pas le calendrier grégorien, comme le font les autres états du Golfe, mais le calendrier lunaire, selon lequel cette année serait l’an 1435, et ce, depuis le 5 novembre dernier.

Selon un media local, cet interdit provient de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, l’agence gouvernementale qui gère la police religieuse, appelée Mutawa, dont le rôle est d’appliquer la loi de la sharia.

Il est interdit de… et de… et de…

En vertu de cette loi, il est entre autres interdit aux fleuristes et aux marchands de cadeaux du pays de vendre des roses rouges ou tout autre cadeau qui pourrait sembler lié aux festivités du jour de l’an.

À noter que le commerce de roses rouges et de cadeaux est également interdit le 14 février, jour de la St-Valentin.

Le Royaume d’Arabie Saoudite est, faut-il le rappeler, un royaume ultraconservateur.

En plus d’empêcher ses citoyens de célébrer la nouvelle année, la police religieuse a aussi pour fonction d’arrêter les couples non mariés et de veiller à ce que les commerces soient fermés pendant les heures de prière.

C’est aussi sa mission de voir à ce que les femmes portent l’abaya, ce grand carré de tissu drapé à partir des épaules ou de la tête qui couvre tous les autres vêtements et qui se porte souvent avec le niqab, ce voile qui couvre le visage, sauf les yeux. L’abaya est obligatoire en Arabie saoudite. Pour les femmes seulement, bien sûr.

Les lois islamiques du pays obligent aussi les femmes à avoir la permission d’un gardien mâle pour pouvoir travailler, voyager à l’extérieur ou subir certaines chirurgies.

La police religieuse s’assure également que les femmes ne conduisent pas. Pourquoi? Parce que ça pourrait endommager leurs ovaires, faire remonter le bassin et favoriser les problèmes de santé chez les futurs enfants.

Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais Cheikh Saleh al-Lohaidan, un chef religieux qui défend fermement l’interdiction faite aux femmes de conduire en Arabie saoudite.

Par El hadji Diagola pour xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.