Modern technology gives us many things.

Il a tabassé les gendarmes venus régler son différend conjugal

tunisie gendarmes
«J’en ai rien à f… de ton uniforme, j’ai pas peur, je vais te f… sur la gueule.» Si encore Mathieu s’était contenté d’insulter les gendarmes, mais ce 23 septembre à Montans, ce Val-de-Marnais âgé de 30 ans a joint le geste à la parole. Au point de commettre, sur deux militaires de la brigade de Rabastens, des violences qui l’ont conduit hier après-midi devant le tribunal correctionnel d’Albi. «C’est pourtant lui qui avait appelé les gendarmes pour régler un différend conjugal. Ils étaient là pour calmer le jeu et essayer de comprendre ce qu’il en était», rappelle l’avocate de la partie civile, Me Séverine Ahlsell de Toulza, du barreau de Toulouse .

Ce jour-là, le temps est orageux au domicile de ce couple récemment installé à Montans. «J’ai tout quitté à Paris, j’ai démissionné de mon boulot pour suivre pour épouse à Toulouse et deux semaines après, elle me dit qu’on va divorcer», explique le prévenu à la présidente Françoise Allien. C’est donc un époux en instance de séparation qui se présente le 23 pour récupérer sa voiture… ou du moins empêcher son épouse de l’utiliser en crevant deux pneus ! La jeune femme ne s’en laisse pas conter et va travailler avec le véhicule de sa belle-mère. Elle rentre à pied le soir. «Quand mon client lui demande une explication, elle lui répond : j’ai mis la voiture dans le fossé mais je ne te dirai pas où elle est», rapporte l’avocate de la défense. Une loi du talion qui aurait pu dégénérer, en convient le procureur. Pour Pascal Suhard, «l’intervention des gendarmes était délicate mais elle était absolument nécessaire. Monsieur S. s’est montré particulièrement énervé et très vite, il est devenu violent. C’était le devoir des gendarmes de le maîtriser».

«Mordu sauvagement»
Sauf que l’intervention a tourné à la rixe. Un militaire a reçu un violent coup de poing au visage, un autre «mordu sauvagement, a été à la limite de perdre le petit doigt et il s’est fait cracher dessus», précise son avocate. Elle réclame 800 euros de dommages et intérêts pour le premier et 1 000 euros pour le second au titre du préjudice moral. L’avocate de la partie civile fait valoir aussi un préjudice matériel, citant «les chaussures rangers explosées» dans la bataille et «des vêtements arrachés», sachant que l’entretien de l’uniforme est à la charge de celui qui le porte.

Mathieu reconnaît le traitement de choc qu’il a réservé aux gendarmes mais il justifie ce pétage de plombs par «la prise de médicaments la veille» (N.D.L.R. : un tube entier d’antidépresseur) et bien sûr sa «situation personnelle difficile». Le procureur avait réclamé de 4 à 6 mois de prison avec sursis, mais le tribunal a tenu compte de son casier judiciaire vierge et de ses excuses à la barre. Il écope de 2 mois avec sursis. Il devra verser au total 1 350 € de dommages et intérêts aux deux plaignants, plus 1 000 € de frais d’avocat. Ce n’est pas la moindre des contrariétés pour cet homme en instance de divorce et réduit à des contrats d’intérim.
Xibaaru avec la Dépêche

Les commentaires sont fermés.