Modern technology gives us many things.

Idy..Retour dans l’enfer de ses chantiers et de ses…Injures

Idrissa Seck : Assumez vos erreurs et fautes politiques. Vous en êtes le seul responsable !
Le 10 janvier 2012 , Idrissa Seck déclarait sur les colonnes de Jeune Afrique que : « Mon seul problème , c’est Abdoulaye WADE ». Il revient sur cette déclaration 6 ans plus tard en 2018, puisque Wade ne peut plus impacter directement sur sa quête effrénée du pouvoir, pour maintenant accuser le Président Macky Sall comme responsable de son éclipse politique d’une dizaine d’années. Sur les milliards de Taiwan qu’il évoquait sur la même période et pour lesquels il avait reçu une réponse et des témoignages d’acteurs directs comme le défunt Ministre Etat Djibo Ka, Idrissa Seck disait toujours sur Jeune Afrique: « Qui dit bonne gouvernance, dit obligation de rendre des comptes. Trouvez-vous normal que des gens qui ont eu à gérer des sommes colossales n’aient pas reçu la visite d’un inspecteur général d’État ? Rendre des comptes, dans une entreprise, comme dans un Etat, cela se fait. Il n’y a que chez nous que l’on se sent agressé dans ces cas-là. Mais pourquoi ? Si on n’a rien fait, on ne s’énerve pas, on s’explique. ». A-t-il oublié cette déclaration lui, sur qui pèse des soupçons de 40 milliards et de l’argent dont on ne connaitra peut-être jamais, ni la provenance, ni l’utilisation et qui l’eût opposé à Wade? Et à propos de cet argent, il déclarait : « Wade sait, c’est au moment du partage du butin que les grands bandits se tuent ».

Naturellement, cette déclaration tonna comme un coup de massue sur les têtes et consciences des Sénégalais et ce fut le point de départ de la perte de confiance en Idrissa Seck. Et comme à son habitude, il parla trop et agit trop mal. De « nos soucis d’argent sont terminés… » aux  enregistrements style Jack Bauer « Lui et Moi »  en passant par « les grands bandits devant le grand butin » et les formules attentatoires à notre code moral « Wade …futur cadavre… », Idrissa Seck fit peur aux sénégalais et les sénégalais eurent toujours peur de lui et à juste raison.

Pourquoi alors en vouloir alors au président Macky Sall si lui, Idrissa Seck a posé les actes de sa propre descente aux enfers politiques ?

Il est responsable et coupable de sa carrière  politique en dents de scie. Il a circonscrit celle-ci entre ruse, micmacs et jeux de yoyo et il en a résulté son retard par rapport au président Macky Sall qui mit l’accent sur les valeurs.

Malheureusement Idrissa Seck ne tire aucune leçon de son vécu sinon, il aurait pu comprendre pour autant qu’il ait appris du grand Maitre, sa bouche a toujours été son pire ennemi, son ego surdimensionné, son pire adversaire.

Sa dernière sortie faisant état de la fin de l’éclipse est encore une fausse impression de sa dernière et retentissante prédication. Appliquée d’ailleurs à sa première révélation de fin d’activité politique à l’âge de 63 ans, il lui resterait donc mathématiquement 4 ans pour que l’éclipse prenne fin et corresponde à sa retraite politique, exactement en 2022.

Idrissa Seck oublie qu’il est disqualifié par les sénégalais et ses sorties contre le Président Macky Sall n’auront aucun impact positif pour lui et ses résultats électoraux le démontrent. Sa crédulité est fortement remise en cause et voilà il faudrait comprendre ce qui parait invraisemblable, le fait qu’aucun leader ou coalition de l’opposition ne veuille de lui. Il a beau communiquer, amuser la galerie et croire qu’il a le vent en poupe, son message est déjà rangé dans le registre de la vindicte et de la jalousie maladive et ce depuis longtemps. Idrissa Seck doit aussi savoir que la nature ne passe jamais deux fois au même endroit. (Dakar dou saff niari yoon).

Cheikh NDIAYE Responsable politique APR Grand Yoff
Conseiller Technique/ Présidence de la République

Les commentaires sont fermés.