Modern technology gives us many things.

Ibrahima Sène du Pit : «Il faut rompre les rapports avec la France et avoir notre monnaie africaine souveraine »

ibrahima sène pitInvité de l’émission « Le Grand Jury » de la Rfm, animé par Mamadou Ibra kane, ce dimanche, Ibrahima Sène, Membre du bureau politique et chargé des questions économiques, sociales et rurales du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) s’est prononcé, entre autres,  sur la question de l’économie du Sénégal en particulier et de l’Afrique en général, en ces termes :

« Je vous remercie de m’avoir donné l’occasion de me prononcer sur cette question de fond et particulièrement dans cette période marquée par la fin de la Tabaski ; d’ailleurs, j’en profite pour présenter mes vœux, en souhaitant « dewenati » aux auditeurs de RFM, et à vos collègues et travailleurs et à tous les Sénégalais.

L’état actuel de l’économie du Sénégal est dans une situation mitigée. Pourquoi ? Parce  que si nous prenons les grands agrégats macro-économiques, nous sommes dans une bonne direction ; mais si nous voyons leur traduction au niveau de la demande sociale, on voit que l’effet escompté n’est pas encore atteint. Et qu’est-ce qu’on a au niveau des grands agrégats ? A la fin du deuxième trimestre passé, les résultats sur le plan de la croissance montrent que nous sommes dans la dynamique conforme aux objectifs de croissance qu’on s’est assigné pour 2013. Si nous voyons aussi le déficit budgétaire, d’accords, il s’est aggravé par rapport au premier trimestre, mais il est dans la lignée de l’objectif qu’on s’est tracé pour 2013, de même que le taux d’inflation. Par contre, si on voit le niveau des prix réels parce que le taux d’inflation c’est le niveau général des prix, mais si on voit le niveau concret des prix, surtout des prix de consommation, on se rend compte que malgré la décision prise par le chef de l’Etat, d’administrer les prix de certains denrées de premier nécessité, le niveau des prix est encore élevé. (…) En 2011, le taux de croissance était à 2%, en 2012, on est arrivé à 3,2%… Il faut savoir d’où on vient…Actuellement, nous sommes dans une dynamique pour faire les 4% prévu. Donc, la question à ce niveau c’est qu’on peut être satisfait des agrégats. Mais, on n’est pas encore satisfait de leur traduction au niveau de la demande sociale, comme je vous l’ai dit. Sur les prix, tout le monde sait qu’on administre le prix du sucre, du riz, du pain, du lait, etc. de sorte que, d’ailleurs, vous avez lit dans la presse que les entrepreneurs liés au lait avaient écrit au chef de l’Etat pour demander qu’on mette une taxe de protection ; tout cela, c’est pour contourner l’administration du prix au niveau du lait pour qu’il ne soit pas exorbitant ; donc, le gouvernement fait des efforts dans ce domaine.

La croissance ne se mange pas. Mais comment faire pour qu’elle se mange ? Pour qu’elle se mange, il faut que cette croissance soit portée par des secteurs productifs dans lesquels les Sénégalais évoluent : par l’agriculture, par l’industrie, par les services hautes comme le commerce. Malheureusement, ce sont les services, et particulièrement les services commerciaux qui portent la croissance au Sénégal. Et le commerce n’est pas un secteur ‘’redistributif’’ de revenus…

Avec une balance commerciale déficitaire, parce qu’on importe plus qu’on exporte ; et cela est lié à la politique économique qui est mise en œuvre ; parce que nous appartenons à une Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA), qui est dans la zone franc, qui est lié à l’euro, qui fait que  nos exportations ne sont pas compétitifs par rapport aux autres monnaies, aux autres pays qui ont des monnaies concurrentes. Ce seul fait d’appartenir à une zone franc est un handicap pour nos économies. Il faut donc rompre les rapports avec la France, parce que la zone de l’union économique monétaire, c’est notre union. Mais cette union qui a ses rapports, ses liens, c’est cela qu’il faut rompre, en faisant quoi ? En sortant du compte d’opération français nos réserves en devises internationales bloquées dans son compte pour financer le budget français, le trésor français. Cet argent, on en a besoin pour notre développement. Et donc, il nous manque de quoi financer notre développement, et nos productions ne sont pas compétitives, parce que nous appartenons à une zone lié à l’euro à travers la France. Donc, il faut qu’on rompe ça ! Tant qu’on ne rompra pas cela, nous aurons toujours une politique commerciale déficitaire. C’est pour cela que nous nous battons ; et si vous avez bien vu les conclusions des assises nationales, c’est cela la toile de fond de la politique économique proposé par les Assises nationales, en disant carrément qu’il nous faut avoir une monnaie africaine souveraine. (…) Les pays de l’UEMOA et ceux du CEMAC, c’est-à-dire de l’Afrique central,  qui sont dans la zone franc, tous ces deux pays, c’est-à-dire dans chaque pays, il y a une banque centrale qui émet une monnaie franc Cfa, dont les restes sont bloqués dans les comptes d’opération du trésor français, mais ces monnaies, figurez-vous, ne sont pas échangeables. Le Franc CFA de notre zone n’est pas échangeable avec le Franc CFA de l’Afrique centrale. Ce qui bloque les rapports commerciaux. Il nous faut nous libérer de ça ! En retirant du compte d’opération du trésor français, nos réserves, nous pourrons les regrouper pour faire une seule et unique banque centrale, battre notre monnaie.(…) Ce n’est pas la révolution d’Ibrahima Sène, c’est une aspiration de l’indépendance des peuples d’Afrique.

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.