racine koutaPour la première fois, je prends ma plume pour rendre hommage à un homme. Si je décide aujourd’hui seulement de le faire, c’est parce que cet homme a marqué plusieurs générations d’enseignants comme moi. Effectivement, j’ai fait mes premières amours dans l’enseignement en y passant 14 ans de ma vie professionnelle (1983-1997), avant de réussir au concours d’entrée au CESTI.

Racine Couta (photo), Pape pour les intimes, a largement contribué à ma formation avec Nadou Coumé, El hadji Amadou Diagne Niang qui fut mon premier Directeur, l’inspecteur Amadou Wade Diagne entre autres. En quittant l’enseignement pour le journalisme, j’ai pensé à toutes ces personnes et je me posais la question de savoir s’ils ne vont penser que c’est une trahison de ma part.  Les conseils de Racine m’ont rassuré. Il m’a fait savoir que l’enseignement mène à tout, si l’on y croit. De ses débuts à Keur Samba Kâne en 1977 à l’école Daouda Dia la dernière direction qu’il a dirigée, en passant par l’école Ndiarka Diagne de Guédiawaye, l’école de Nguith, Racine a formé de hauts cadres sénégalais. Voilà ce qu’on attend d’un enseignant et il l’a réussi.

Pendant les 36 ans qu’il a passés dans l’éducation, il n’a jamais eu de décorations, mais aussi il n’a jamais eu de sanction. C’est le plus important dans la carrière d’un fonctionnaire. C’est un éducateur hors pair qui a marqué plusieurs générations d’élèves et d’enseignants de par son sérieux, son professionnalisme, son abnégation et sa modestie. Ses conseils ont toujours été pris en compte par ses jeunes collègues qui préparaient les examens professionnels.

C’est cet enseignant méritant qui est admis à faire valoir ses droits à la retraite après de bons et loyaux services. Il mérite une reconnaissance nationale après celle des habitants de Linguère qui l’ont fêté à la fin de cette année scolaire.

Bon repos doyen et merci du fond du cœur

Samba Mangane journaliste

Ministère Affaires Etrangères

 

PARTAGER